Qu'est-ce que l'adoration du Saint-Sacrement (ou adoration eucharistique ?)

L'adoration, c'est offrir ce qu'on a de meilleur au Père, c'est se remettre à Jésus et avec Jésus au Père.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

 

«J’adore le chocolat, le rugby, mon chien, mes petits-­enfants»! Nous utilisons le verbe «adorer» aujourd’hui pour tout et n’importe quoi.
Déjà, au temps de Moïse, le peuple hébreu avait adoré le veau d’or (Ex 32, 4). Or Dieu venait de graver sur les tables de la Loi les Dix commandements que Jésus résume ainsi:

«Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de tout ton esprit; et tu aimeras ton prochain comme toi-­même» (Lc 10, 27). Ainsi, Dieu seul mérite notre adoration.

 

Qu’est ce que l’Eucharistie?

 

L'Eucharistie est le don que Jésus-­Christ nous fait de son Corps, de son Sang, de son Âme et de sa Divinité sous les apparences du pain et du vin. Il s’offre à nous à chaque messe. Il se donne en nourriture dans la communion. Il reste avec nous en personne au tabernacle, dans le Saint Sacrement. Dans l’Hostie consacrée, Jésus voile sa gloire infinie, sa beauté et sa majesté divine pour que nous l’approchions dans la foi et que nous l'aimions pour lui-­même.

 

D’où vient l’Eucharistie?

 

Juste avant de mourir sur la croix, Jésus « aima les siens jusqu’au bout» (Jn 13, 1) en «donnant sa vie pour ses amis» (Jn 15, 13). Au cours d’un repas, Jésus célèbre d’abord la Pâque selon la tradition juive faisant mémoire de l’action libératrice de Dieu pour son peuple. Mais ensuite, Jésus rend grâce à Dieu pour une nouvelle action libératrice qu’il va accomplir en son corps livré sur la croix et son sang versé par amour. Par sa mort et sa résurrection, l’amour et la vie divine triompheront de la haine et la mort humaines. Prenant du pain et du vin, il s’adresse aux disciples ainsi : «Ceci est mon Corps livré pour vous. Ce calice est la Nouvelle Alliance en mon Sang».

Il leur confie en même temps la mission de redire et de refaire toujours de nouveau en sa mémoire ce qu’il est en train de dire et de faire en ce moment. C’est ce que l’Église fait à chaque messe dans toutes les paroisses du monde. Ainsi le salut mérité par Jésus sur la Croix est rendu présent dans la vie de ceux qui s’approchent de l’Eucharistie.

 

Qu’est ce que le Saint-­Sacrement?

 

Le Saint-­Sacrement est la Réserve eucharistique, conservée d’abord pour les malades et les mourants. Peu à peu, (au fil du temps) cette Réserve va devenir l’objet légitime de l’adoration des fidèles. Il faut donc distinguer le «Saint-­Sacrement» (Réserve, Adoration) de la Messe, appelée aussi «Eucharistie».

 

Qu’est ce que l’adoration eucharistique ou adoration du Saint-­Sacrement?

 

«L'adoration eucharistique n'est rien d'autre que le développement explicite de la célébration eucharistique, qui est en elle-­même le plus grand acte d'adoration de l'Église». Dans le tabernacle, Jésus est présent dans sa grande adoration du Père à laquelle il veut tous nous associer. Jésus laisse sa grande adoration à son Église

... L'adoration, c'est offrir ce qu'on a de meilleur au Père, c'est se remettre à Jésus et avec Jésus au Père.

Saint Pierre-­Julien Eymard écrit: «L’adoration a pour objet la divine personne de notre Seigneur Jésus-­Christ présent au Saint Sacrement. Il est vivant, il veut que nous lui parlions, il nous parlera. Et ce colloque, qui s’établit entre l’âme et notre Seigneur, c’est la vraie méditation eucharistique, c’est l’adoration. Heureuse l’âme qui sait trouver Jésus en l’Eucharistie, et en l’Eucharistie toutes choses...»

 

St Sacrement

St Sacrement

Qu’est ce que l’adoration perpétuelle ?

 

Lorsque les adorateurs s’engagent à adorer à tour de rôle, l’adoration n’est plus une prière privée, mais elle devient une « prière aux dimensions du monde, un service éminent pour l’humanité ».

L’adoration perpétuelle est une action de l’Église, encouragée et réclamée par le Magistère, [à Bordeaux encouragée par l’évêque] ; toute l’Église, est appelée à y participer.

 

La chapelle d’adoration perpétuelle est une oasis de paix où les adorateurs viennent puiser de nouvelles forces : « Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le poids du fardeau, et moi je vous soulagerai » (Mt 11, 28) et faire une pause dans la course effrénée de leurs activités en se mettant face à la présence divine : « Arrêtez vous et sachez que je suis Dieu» (Ps 46, 11).

 

Les adorateurs sont invités à s’engager à une heure d’adoration hebdomadaire. Grâce à leur régularité, la chapelle d’adoration peut rester ouverte à toute personne de passage. En tant que gardiens zélés de l’Eucharistie, ils veillent à ne jamais laisser le Saint‐Sacrement seul.

 

Par le moyen de l’adoration perpétuelle, le Seigneur appelle, de sa demeure eucharistique, chaque personne, sans aucune exception. Les personnes sont appelées individuellement à participer à l’adoration perpétuelle. Par cette démarche, ils répondent, d’abord et librement, au premier commandement : « C'est le Seigneur ton Dieu que tu adoreras, et à Lui seul tu rendras un culte » (Mt 4, 10). Ensuite, pour chaque adorateur, « l’acte d’adoration en dehors de la messe prolonge et intensifie ce qui est réalisé durant la célébration liturgique elle-même».4

 

La chaîne ininterrompue d’adorateurs a pour seul et ultime but d’adorer le Saint‐Sacrement  jour et nuit. Par le moyen de l’adoration perpétuelle, la communauté rend l’honneur et la gloire qui revient au Seigneur : « Digne est l’agneau immolé de recevoir l’honneur, la louange et la gloire » (Ap 5, 12) dans une « adoration incessante » (Ap 7, 15) pour « tout ce qu’il a fait pour notre salut »(Ap 5, 9).

Même si les personnes sont appelées individuellement, elles forment une fraternité eucharistique, une communauté de foi et d’amour autour de Jésus dans l’Eucharistie, sacrement et lien d’unité.

 

La prière d’adoration se déroule dans le silence, soulignant la majesté de la présence divine (shekina), favorisant un climat de prière et de respect des adorateurs présents. C’est aussi faciliter l’intériorité, l’écoute du Seigneur et une authentique rencontre avec lui.

 

Extraits de textes de Père Florian Racine, missionnaire de la Sainte Eucharistie (www.adoperp.fr)

 

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+