Edito du dimanche 19 juin 2022

installation Père Benoit-13

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Solennité du Saint Sacrementdu Corps et du Sang du Christ

 « ADORATION POUR TOUS » 

Vers 1207, Julienne de Liège, à peine 16 ans, eut une première vision, qui se répéta ensuite plusieurs fois dans ses adorations eucharistiques. La vision présentait la lune dans toute sa splendeur, dont le diamètre était traversé par une bande noire. Le Seigneur lui fit comprendre la signification de ce qui lui était apparu. La lune symbolisait la vie de l’Eglise sur terre, la ligne opaque représentait en revanche l’absence d’une fête liturgique, pour l’institution de laquelle il était demandé à Julienne de se prodiguer de façon efficace : c’est-à-dire une fête dans laquelle les croyants pourraient adorer l’Eucharistie pour faire croître leur foi, avancer dans la pratique des vertus et réparer les offenses au Très Saint Sacrement. Six ans après la mort de Julienne, le Pape Urbain IV institua en 1264 la solennité du Corps et du Sang du Christ, la fête du Saint Sacrement, la Fête-Dieu en écrivant : « Bien que l’Eucharistie soit chaque jour solennellement célébrée, nous considérons juste que, au moins une fois par an, l’on en honore la mémoire de manière plus solennelle. En effet, les autres choses dont nous faisons mémoire, nous les saisissons avec l’esprit et avec l’intelligence, mais nous n’obtenons pas pour autant leur présence réelle. En revanche, dans cette commémoration sacramentelle du Christ, Jésus Christ est présent avec nous dans sa propre substance. En effet, alors qu’il allait monter au ciel, il dit : “Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde” » 

L’adoration perpétuelle, jours et nuits, sur notre secteur pastoral n’est pas une obligation mais une grâce, une réponse, une manifestation de la foi et de l’amour pour Jésus Eucharistie de fidèles encore suffisamment nombreux. Mais l’engagement de nouveaux adorateurs est nécessaire ! 

Une citation de sainte Mère Térésa de Calcutta Religieuse (1910 - 1997) : « La plus haute forme d’adoration consiste à trouver le plus petit d’entre nous et à le traiter comme Jésus. » 

Donc, plus d’excuses, l’adoration est vraiment pour tous sans exception ! A très bientôt dans notre chapelle d’adoration ! 

P. Benoît 

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+