Homélie du père Benoît - Dimanche 11 février 2024

installation Père Benoit-13

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Saisi de compassion, Jésus toucha le lépreux et lui dit : « Je le veux, sois purifié » et à l’instant même il fut guéri.

St Jean de Belcier, Sacré Coeur, 11 février 2024

N.D. de Lourdes

Journée mondiale des malades

« Saisi de compassion, Jésus toucha le lépreux et lui dit : « Je le veux, sois purifié » et à l’instant même il fut guéri. »

Pour mieux comprendre la largeur et la profondeur de la compassion de Jésus, nous devons bien comprendre ce que c’était d’être lépreux au temps de Jésus.

Imaginez-vous que tout à coup sur votre peau, blanche, noire ou couleur café, apparaissent des taches, des tumeurs, des pustules un peu partout. Ensuite, les parties extérieures de votre corps commencent à pourrir : le nez, les oreilles, les doigts et les orteils se décomposent en diffusant une puanteur de chair pourrie autour de vous. Votre nouveau parfum de marque. Vous devenez insupportable pour les gens autour de vous. De plus, au temps de Jésus, cette horrible maladie était incurable et contagieuse. Le seul moyen pour protéger la société était l’exclusion des lépreux de la société. Un triple malheur : physique, social et moral car cette terrible maladie était considérée comme une punition venant de Dieu …

Selon la première lecture, c’est pour cela que Moïse a obligé les lépreux à porter des vêtements déchirés et les cheveux en désordre : des vêtements en tissu de pauvres comme du jean, des jeans déchirés et pleins de trous. C’était un signe qu’ils étaient dangereux et exclus de la société. (Imaginez-vous que Moïse revienne aujourd’hui et qu’il voit tous nos jeunes avec des jeans déchirés et pleins de trous. Il aurait peur et il prendrait la fuite car pour lui tous ces jeunes seraient des impurs, des lépreux dangereux, exclus de la société. Mais ces jeunes contesteraient : cher Moïse, aujourd’hui c’est totalement le contraire, nous avons évolué, pour être accepté dans la société, pour ne pas être exclu des groupes d’amis, nous devons porter des jeans déchirés et pleins de trous et même les acheter ; oui, on donne même de l’argent pour ces vêtements déchirés, nous avons évolué… Moïse dirait qu’ils sont devenus totalement fous ces Gaulois... Aujourd’hui on paye pour s’habiller comme des lépreux … )

Retournons à notre lépreux qui devrait sonner une cloche, garder ses distances et crier « impur, impur ». En voyant Jésus, il met toute son espérance en Jésus, il transgresse la loi de Moïse de garder ses distances, s’approche de Jésus et se jette à genoux en suppliant : « Si tu le veux, tu peux me purifier. » Voilà une prière d’un homme de foi, qui ne doute pas. Jésus étendit la main, le toucha et lui dit : « Je le veux, sois purifié. ». C’était interdit de toucher un lépreux car en touchant un lépreux on devenait soi-même impur et on était obligé d’aller au temple, payer des sacrifices pour se purifier soi-même. Jésus aussi transgresse la loi en touchant le lépreux. Sa compassion et son amour dépassent les limites des prescriptions. A l’instant même, la lèpre quitta l’homme et il fut totalement guéri. Essayons de comprendre ce qui se passait à l’intérieur, dans le cœur du lépreux : il sent que quelqu’un le touche ; pour la première fois depuis sa maladie, quelqu’un ose le toucher, pour la première fois, quelqu’un n’a pas peur de lui. Au même moment, il est totalement guéri : il voit sa peau lisse et tendre comme celle d’un petit bébé, son nez, ses oreilles, ses doigts et ses orteils sont réapparus, il sent une bonne odeur sortant de sa douche. Quelle explosion de joie ! Fini toutes ces souffrances et la misère.

Voyant nos vêtements déchirés, Moïse n’aurait pas eu tort en nous considérant comme impurs. Car nous sommes tous impurs. Le péché, le mal est la lèpre de notre âme. Nous sommes des lépreux spirituels : déformés, mutilés, pleins de pustules, diffusant la puanteur du péché autour de nous. La lèpre spirituelle nous a exclus du ciel, la société des saints, les amis de Dieu.

Seul Jésus peut nous purifier. Mais avons-nous le même courage et la même foi pour nous jeter aux pieds de Jésus et lui dire : « Si tu le veux, tu peux me purifier, tu peux faire de moi un saint, une sainte » ?? Quelle magnifique prière ! Apprenons-la pour la répéter chaque jour cette semaine ! Alors Jésus te touchera aussi. Tu sentiras le doigt de Jésus sur tes blessures, tu sentiras la main de Jésus sur ton cœur devenu lisse et tendre, doux et humble, tu sentiras la bonne odeur de la sainteté. Une explosion de joie qui te transformera en témoin des merveilles de Dieu.

Jésus vient à notre rencontre pour prendre notre place. Le lépreux était condamné à vivre en dehors de la société, hors du centre-ville, dans des endroits déserts. Jésus le guérit et après cette guérison, c’est Jésus qui sera condamné à rester hors des villes et des villages dans des endroits déserts. Il n’aura plus la liberté de bouger au milieu de la société car esclave de son succès de guérisseur. Cet échange de destin entre l’homme et son Dieu connaîtra son point culminant sur la croix de Golgotha : Dieu a pris nos fautes sur lui pour que nous en soyons libérés !

Oui, la largeur et la profondeur de la compassion de Jésus n’ont pas de limites.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+