Homélie du Père Benoît - Dimanche 11 octobre 2020

installation Père Benoit-13La Bible utilise le banquet,
le festin de noces comme image de la joie de vivre en communion avec Dieu et de l’abondance des dons de Dieu pour l’humanité.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

L'habit nuptial : la charité, l'amour ...

 A l’adolescence tout à coup il y a un moment où on commence à être invité à des soirées, des rallyes, des fêtes. A mon époque, le siècle dernier, on recevait encore une belle invitation imprimée et je me souviens comment ma maman nous inculqua à toujours répondre par écrit et après la fête aussi remercier par écrit. Avec son premier rasoir électrique on recevait en même temps nos propres cartes de visite imprimées pour réaliser cette correspondance mondaine.

Plus tard, plus âgé j’ai reçu une ou deux invitations à de grandes fêtes de familles de personnalités connues. Pour ces fêtes là, il faut garder l’invitation et l’amener à l’adresse du jour car c’est l’invitation personnalisée qui sert d'entrée.

 

A l’époque de Jésus c’était assez similaire. Cette ingratitude de ne plus répondre à des invitations et surtout de ne plus remercier après une fête, ne date pas d’aujourd’hui. Au temps de Jésus on ne répondait pas, on allait jusqu'à tuer le facteur ou livreur mais on ne se présentait pas. Aujourd’hui on ne répond pas mais on se présente quand-même à la fête … Bonne chance aux organisateurs pour bien tout prévoir …

 

La Bible utilise le banquet, le festin de noces comme image de la joie de vivre en communion avec Dieu et de l’abondance des dons de Dieu pour l’humanité. Le prophète Isaïe nous donne l’eau à la bouche : « Le Seigneur prépare pour tous les peuples un festin de viandes grasses, un festin de bons vins, de viandes moelleuses, de vins dépouillés » Dieu veut que tous les hommes vivent heureux dans l’amour pour Lui et dans la communion réciproque; son projet est alors d’éliminer la mort pour toujours, d’essuyer les larmes sur chaque visage. Tout cela suscite une profonde gratitude et espérance.

Jésus dans l’Evangile nous dit que nous sommes tous invités mais que la réponse de chacun d’entre nous peut être différente. Comme il s’agit de noces d’un prince, fils du roi, il faut garder l’invitation comme ticket d’entrée dans la salle. Mais entre nous il y a ceux qui jettent l’invitation à la poubelle verte avant de l’ouvrir sans la lire. D’autres sont heureux d’avoir été invités, mais par négligence, par manque d’ordre dans leurs affaires, ils ont perdu l’invitation et ont loupé la chance. Il y a ceux qui répondent par écrit plein de gratitude et gardent l’invitation sur la cheminée (non quand-même pas sur le frigo une invitation royale … ).

Dieu est généreux à notre égard, il nous offre son amitié, ses dons, sa joie, mais souvent nous n’accueillons pas ses paroles, nous montrons plus d’intérêt pour d’autres choses, nous mettons à la première place nos préoccupations matérielles, nos intérêts. L’invitation du roi rencontre même des réactions hostiles, agressives. Mais cela ne freine pas sa générosité. Il ne se décourage pas, et il envoie ses serviteurs inviter beaucoup d’autres personnes. Le refus des premiers invités a comme effet l’extension de l’invitation à tous, jusqu’aux plus pauvres, les déshérités, les SDFs, les prostituées, même les malfaiteurs, les condamnés à mort.

La bonté du roi n’a pas de limites et à tous il est donné la possibilité de répondre à son appel. Mais il y a une condition pour rester à ce banquet de noces : porter l’habit nuptial. Comment se fait-il qu’un convive a accepté l’invitation du roi, est entré dans la salle du banquet, que la porte lui a été ouverte, mais qu’il n’a pas mis l’habit nuptial ? Qu’est-ce que cet habit nuptial ?

Selon les Pères de l’Eglise l’habit nuptial est la charité, l’amour. Par une certaine foi et espérance nous pouvons accepter l’invitation du Seigneur et entrer dans la salle de fête mais s’il nous manque la charité, il nous manque l’essentiel. Par notre foi en Dieu et par notre baptême nous sommes dans l’Eglise, nous sommes dans la salle mais si nous n’avons pas la charité, l’amour envers Dieu et notre prochain nous n’avons pas l’habit nuptial, nous restons nus.

Refaisons cette semaine notre tenue de noces. N’ayez pas peur de dépenser pour cet habit. Ne vous contentez pas avec un achat sur le Boncoin. Le Seigneur, notre roi, mérite le meilleur. La charité n’a pas de prix.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+