Homélie du père Benoît - Dimanche 12 juin 2022

installation Père Benoit-13

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Quel est le nom du Dieu des Chrétiens ?

Ste Croix / St Michel à Bordeaux, 12 juin 2022

Quel est le nom de notre Dieu ? Comment les Chrétiens appellent-t-ils leur Dieu ? Sortez dans les rues de Bordeaux, pour faire un petit sondage sur les terrasses de la place St Michel et demandez aux autochtones et aux touristes : « Quel est le nom du Dieu des Chrétiens ? ».

Vous aurez très peu de réponses correctes. Des gens esquiveront la question avec une certaine satisfaction personnelle d’être à la hauteur de cette question en répondant qu’Allah est le nom que les Musulmans donnent à Dieu, Yahweh le nom de Dieu pour les Juifs et que quelques politiciens français continuent à donner le nom de Raison à Dieu …

Mais quel nom donnons-nous à Dieu ? Ou avons-nous un Dieu anonyme, sans nom, né sous X ?

Nous avons commencé cette Eucharistie comme nous commençons chaque prière chrétienne : « au NOM du Père et du Fils et du Saint Esprit ». Voilà le nom de notre Dieu ! Père et Fils et Saint Esprit. Un nom de noblesse, un nom de doubles particules !

Aujourd’hui, nous fêtons une réalité unique au Christianisme, un mystère pas encore révélé à Moïse au buisson ardent avant Jésus, un mystère pas reconnu par Mohamed après Jésus : notre seul Dieu unique est à la foi Père, Fils et Saint Esprit. Le mystère de la Sainte Trinité. Un seul Dieu avec 3 visages, une seule communion d’amour de 3 personnes.

Si on croit cela, si on croit qu’il y a un seul Dieu en 3 personnes, c’est parce que Dieu nous a révélé son intimité, parce que Jésus nous a enseigné cette vérité. Jésus a prié son Père, Jésus a dit qu’il est le fils unique du père, qu’il est totalement un et identique au Père. Jésus nous a donné son Esprit Saint. Jésus nous a donné la mission d’aller dans le monde entier proclamer la Bonne Nouvelle et de baptiser au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit.

La pleine et définitive révélation de Dieu est arrivée en Jésus Christ. Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné son Fils unique pour sauver le monde et donner la vie éternelle à ceux qui croient en lui. Et Jésus nous a montré que Dieu n’est pas seulement celui qui donne de l’amour mais que Dieu EST l’amour même. DIEU EST AMOUR. Et l’amour est vie, l’amour est dynamique, l’amour est se donner et recevoir. Il faut donc en Dieu du mouvement, du dynamisme, des relations. Ce Père, ce Fils et cet Esprit Saint sont cette communion de relations d’amour en Dieu.

Un des sports en montagne est la descente des rivières avec ses cascades et ses accélérations. Un des grands dangers sont les tourbillons qui se forment au pied de chaque chute d’eau : on peut y être pris et ne plus pouvoir sortir, comme être pris dans une machine à laver ou dans les courants des baïnes de l’Atlantique. Être baptisé au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit c’est comme entrer au cœur du tourbillon d’amour qui est Dieu, c’est être pris par ce mouvement d’amour, c’est avoir part au don réciproque et à la joie au sein de la Trinité.

L’amour ne peut pas être statique ou seul.

Le Pape François, lui-même limité physiquement par son âge mais toujours jeune d’esprit, vient de fustiger notre société comme une société de la fatigue : « Nous étions censés produire un bien-être généralisé et nous tolérons un marché scientifiquement sélectif de la santé et du bien-être. Nous étions censés mettre une protection inviolable à la paix, et nous voyons de plus en plus de guerres impitoyables contre des personnes sans défense. La science progresse, et c'est une bonne chose. Mais la sagesse de la vie est tout autre chose, et elle semble en perte de vitesse. »

La sagesse de la vie qui est la Sagesse de Dieu, et que l’Ancien Testament dans la première lecture, présente déjà comme une personne vivante, comme une personne en communion d’amour avec le Dieu créateur.

Que faire devant une société fatiguée ? Se lamenter ? Dormir ? Faire la grasse mat pour que la fatigue disparaisse ? Non. Plutôt redécouvrir le mystère de la sainte Trinité qui habite en nous par notre baptême. Plonger dans l’océan d’amour qui donne la vie, la vérité, la justice et la miséricorde.

Redécouvrir la richesse du sens de la salutation que déjà Saint Paul formula aux premières communautés chrétiennes et que le prêtre encore aujourd’hui répète au début de chaque Messe pour commencer la célébration :

 « Que la grâce de Jésus, le Christ, notre Seigneur, l’amour de Dieu le Père, et la communion de l’Esprit Saint soient toujours avec vous. »

Oui, que la grâce de Jésus, le Fils de Dieu, l’amour de Dieu le Père, et la communion de l’Esprit Saint soit toujours avec chacun de vous et vous changerez la face de la terre, vous transformerez cette société fatiguée en société réveillée, debout et joyeuse à faire le bien.

Amen.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+