Homélie du père Benoît - Dimanche 14 janvier 2024

installation Père Benoit-13

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Il y a des moments dans notre vie que nous n’oublierons jamais, même si nous vivons jusqu’à 100 ans !

St Jean de Belcier, Sacré Cœur, 14 janvier 2024

Il y a des moments dans notre vie que nous n’oublierons jamais, même si nous vivons jusqu’à 100 ans !

Cela peut être des traumatismes, mais cela peut aussi être des moments d’une beauté inoubliable où nous avons vécu un bonheur et une joie d’une telle intensité que cela restera gravé dans notre mémoire pour toujours. Même Alzheimer n’arrivera pas à l’effacer.

C'est le cas pour l'évangéliste saint Jean dans son bel Évangile d'aujourd'hui : il a presque 100 ans mais il se souvient en détail de sa première rencontre avec Jésus, son maître et Seigneur, son rabbi et Messie. Il écrit : Il était environ 16 heures de l'après-midi. Lui et son camarade André écoutaient Jean-Baptiste. Jésus marchait le long des eaux ondulantes du Jourdain qui reflétaient la lumière du soleil de l’après-midi comme dans de petits miroirs étincelants. Là, ils virent pour la première fois l’Agneau de Dieu, le Messie, l’oint, celui qui a reçu l’onction ! Se retrouver face à face pour la première fois avec Dieu incarné, Jésus, le Verbe qui s'est fait chair et qui a touché Jean. Expérience inoubliable ! Dommage que la répétition mène à la routine qui estompe tout émerveillement et qui nous vole la joie de l’expérience unique... S'il y avait des soldes tous les jours, toute l'année, les gens ne marcheraient plus sur la tête, ne prendraient plus d'assaut la Rue Sainte Catherine et ne braveraient plus le froid pour un temps bref de bonnes affaires !

Nous pouvons constamment rencontrer Jésus, le regarder dans les yeux - en particulier dans l'adoration eucharistique- , le recevoir nous-mêmes dans la Sainte Communion, mais parce que tout cela se produit si facilement, cela devient si normal que nous perdons rapidement la sensation d'émerveillement. Chaque nouvelle rencontre avec le Christ doit rester unique !

« Que cherchez-vous ? » ce sont les premières paroles de Jésus dans l’évangile selon St Jean. La première fois que Jean fait parler Jésus. Les premières paroles de Jésus à celui qui allait devenir son disciple bien aimé. Les premières paroles de Jésus à chacun de nous : « Paroissien de … , que cherchez-vous ? »

Prenons le temps ce dimanche de répondre à cette question de Jésus : aujourd’hui, à ce moment de ma vie, qu’est-ce que je suis en train de chercher ?

C’est la question fondamentale de notre existence. Quel est le sens de ma vie ?

Consciemment ou de manière inconsciente : c’est le Christ que chaque être humain cherche car chaque être humain cherche le bonheur et le bonheur parfait ne se trouve qu’en Dieu.

Un bibliste fait un parallèle avec le livre de la Genèse. Après la chute d'Adam et Ève, Dieu se promène dans le jardin d'Eden, le paradis terrestre. Dieu va et vient le long du fleuve de la vie dans la brise de l'après-midi et Dieu cherche l'homme dans sa demeure, le paradis. Mais Dieu ne trouve pas l’homme car l'homme vient de commettre le premier péché et se cache devant de Dieu car ils ont pris peur du Dieu, leur Père.

Adam et Eve se cachent comme des scouts savent se cacher dans un grand jeu. Dieu demande à l’homme : « Où es-tu ? Où demeures-tu ? »

Aujourd’hui Jésus, Dieu, qui a quitté sa demeure, le ciel, pour chercher et guérir l'homme sur terre, marche dans la brise de l'après-midi, et va et vient le long du Jourdain, fleuve de la vie nouvelle, du baptême. Il veut guérir l’homme et lui montrer sa véritable demeure, le paradis. Il attend d’abord de voir si les gens sont désormais disposés à faire le premier pas.

« Maître, où demeures-tu ? »

"Venez et vous verrez !" Il ne s’agit pas d’une maison terrestre. Jean ne dit rien d'une maison en argile, d'une cabane en bois ou d’une tente scoute sur pilotis. Non, Jésus n’avait pas de pierre où poser sa tête !

La première lecture parle aussi de vocation. On dirait que c’est le dimanche des vocations.

Dieu appelle Samuel encore si jeune mais Samuel a besoin d'aide, de conseils spirituels pour découvrir que cette voix qu'il entend encore et encore n'est pas un phénomène humain et naturel mais plutôt divin et surnaturel. Dieu parle, Dieu appelle dans le cœur, dans la conscience de l'homme.

Dieu appelle chaque jour et tout le temps. A nous d’avoir l’ouverture d’esprit comme Samuel et comme Jean et André. Nous voici, Seigneur ! Parle, Seigneur, nous sommes disponibles pour toi, pour faire ta volonté, pour te servir ! ( Le scout est fait pour servir. De son mieux, mieux, mieux, mieux … )

La recherche de notre vocation est aussi la recherche de la demeure de Dieu dans notre vie. « Maître, où demeures-tu ? » Jésus, dans ce monde de guerres, où demeures-tu ? Cette semaine, chaque jour une nouvelle guerre, chaque jour un nouveau pays qui se permet d’aller attaquer des cibles en dehors de ses propres frontières. Avec un minimum d’expérience, on se rend compte que le monde se trouve dans une escalade inquiétante de guerre et de violence. Même le ministre des Armées pourrait avoir 34 ans. Nous sommes rassurés…

« Jésus, où demeures-tu ? » La question est urgente. Sa réponse est la seule solution pour la paix.

« Maître, où demeures-tu ? » dans les méandres de ma vie.

« Maître, où demeures-tu ? » dans ma vie spirituelle.

La réponse : « Venez et voyez ! » Le thème des JMJ de Paris en 1997 est toujours actuel.

« Venez et voyez ! » : le grand retour à Dieu, le grand retour à l’école de Jésus pour apprendre à Le connaître intimement, le grand retour à l’adoration où l’on demeure avec le Christ.

Jean Baptiste posa son regard sur l’Agneau de Dieu et ce même Agneau de Dieu posa son regard sur Simon Pierre comme il pose son regard d’une tendresse infinie sur chacun de nous.

Laissons-nous regarder par le Christ. Laissons-nous séduire par le Christ et non pas par le malin et ses distractions.

Agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde, donne-nous la PAIX ! Amen.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+