Homélie du Père Benoît - Dimanche 15 novembre 2020

installation Père Benoit-13Celui qui a reçu un seul talent a reçu le talent que nous avons tous reçu sans exception.
Le seul talent essentiel : la vertu de la charité.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Jésus nous enseigne l’attitude intérieure avec laquelle nous devons accueillir et faire fructifier ces dons

Un homme qui partait en voyage appela ses serviteurs et leur confia ses biens. Le Christ, l’homme parfait, à l’heure de quitter ce monde pour retourner à son Père, invita ses disciples et leur confia tous ses biens. Un talent au temps de Jésus est une somme d’argent énorme : 14 ans de salaire d‘un ouvrier. La générosité de Dieu nous dépasse.

 

Ces talents ne représentent donc pas seulement les qualités naturelles, si manifestes dans les talents-shows, "the voice" ou autres chasses aux talents, mais ils représentent surtout les richesses que le Christ a déposés dans les mains des apôtres et ainsi nous laissées en héritage, afin que nous les fassions fructifier : sa Parole, déposée dans la Sainte Ecriture; le Baptême, qui nous renouvelle dans l'Esprit Saint ; la prière - le "Notre Père" - que nous élevons à Dieu en tant que fils du même Père ; son pardon, qu'il a commandé de porter à tous, même nos ennemis ; le sacrement de son Corps et de son Sang. Dieu nous confie tout : toute la création et son Royaume, Lui-même vivant au milieu de nous.

 

Jésus nous enseigne l’attitude intérieure avec laquelle nous devons accueillir et faire fructifier ces dons : gratitude, responsabilité et esprit d’initiative. Le contraire des trottinettes électriques jaunes, je prends, je laisse, je jette soit par terre, soit dans la Garonne …

Une attitude intérieure opposée de toute peur, de toute angoisse. Ce confinement donne l’occasion à beaucoup d’échanges personnels et tant d’angoisses surgissent dans le coeur de beaucoup de fidèles à cause des ténèbres de l’actualité. Mais les angoisses nous paralysent. Jésus veut nous en libérer. Les angoisses nous font cacher nos talents, les dons de Dieu dans la terre en les rendant stériles. Saint Paul nous rappelle que nous n’appartenons pas à la nuit et aux ténèbres mais que nous sommes fils de la lumière, fils du jour. Nous ne pouvons pas nous laisser endormir, anesthésier par l’angoisse !

Avoir peur de Dieu, avoir peur de l’Amour … absurde mais encore très présent, pas seulement dans l’Ancien Testament mais beaucoup de Chrétiens encore aujourd’hui voient Dieu comme celui qui punit leurs péchés par les malheurs de leur vie. Une fausse image, une caricature de Dieu peut paralyser les fruits des dons du baptême, de la Communion et de la confirmation.

Finalement Jésus appelle à une attitude vigilante et active dans l'attente du son retour glorieux à la fin des temps. Jésus nous invite à tourner notre regard vers le but de notre vie, vers ce Dieu qui nous a créés pour Lui. Lui qui est notre destin ultime et le sens de notre existence. Les dons de Dieu se multiplient en les partageant. Plus je mets mes talents au service des autres plus mes talents augmentent.

 

Celui qui a reçu un seul talent a reçu le talent que nous avons tous reçu sans exception. Le seul talent essentiel : la vertu de la charité. La charité est le bien fondamental que personne ne peut manquer de faire fructifier et sans lequel tout autre don est vain. La vraie charité consiste dans l’amour des amis comme des ennemis. Si quelqu’un manque de cette vertu, il perd tout le bien qu’il a, il est privé du talent reçu et il est jeté dehors, dans les ténèbres selon l’image de la parabole.

 

Faisons aujourd’hui un petit examen de conscience : comment va ma charité vis-à-vis des pauvres ? Aujourd’hui en cette journée mondiale des pauvres. Pourrais-tu être nommé pour passer en finale de la France a un incroyable talent , le talent de charité pour les pauvres ? Ou aurais-tu la chance de gagner la version Quebecquoise "du talent à revendre“, du talent de générosité ?

 

L’homme à son retour de son voyage, le Christ à son retour à la fin des temps sera le jury. Quand il poussera le bouton rouge clignotant et tournera son trône de 180º pivontant sur son axe, qu’il puisse exclamer : „Très bien, mon serviteur, bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup; entre dans la joie de ton Seigneur.“ Amen.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+