Homélie du Père Benoît - Dimanche 16 mai 2021

installation Père Benoit-13

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

“Le sort tomba sur Matthias qui fut donc associé aux onze Apôtres”

 

7ième dimanche de Pâques (B)

 

Le sort tomba sur Matthias qui fut donc associé aux onze Apôtres”. Il y a 2 jours, le 14 mai, nous avons célébré la fête de Saint Matthias et aujourd’hui nous écoutons la même première lecture. Mais quelqu’un sait où se trouve le tombeau de Saint Matthias ?

A Trèves sur la Moselle. C’est Sainte Hélène, maman de l’empereur Constantin qui a amené les reliques de Matthias à la Seconde Rome ainsi que la sainte tunique comme celle d’Argenteuil. Un détail intéressant :  pour saint Matthias et pour la tunique sans couture du Christ on a tiré au sort, on a joué aux dés (aujourd’hui : feuille, pierre, ciseaux). Et les deux réfèrent à l’unité de l’Eglise : la sainte tunique sans couture est le signe et symbole de l’Eglise, une, sainte et indivisible. Avec la perte de Judas Iscariote le collège des apôtres est resté invalide, imparfait. Comme un grand trou dans le tissu de la tunique sans couture. Un autre devait prendre sa charge pour combler ce trou, pour réparer ce manque.

 

Ce tirage au sort nous enseigne beaucoup sur l’Eglise et sur le ministère des apôtres et des évêques, leurs successeurs. Trois points :

 

 1) ”Ce n’est pas vous qui m’avez choisi mais c’est moi qui vous ai choisis ” dit Jésus. Le choix d’apôtre ou d’évêque n’est pas un choix purement humain, n’est pas une décision de la seule raison humaine mais plutôt une initiative divine. La sagesse de Dieu dépasse nos aperçus humains. Dieu ne regarde pas l’extérieur mais voit à travers chaque personne pour valoriser son intérieur. Dieu connaît même notre futur.

 

2) Les apôtres étaient très conscients que Jésus les avait appelés sciemment pour une mission très particulière, pour un ministère, un service. Comme le peuple d’Israël avait été fondé sur les 12 tribus, les 12 fils du patriarche Jacob, Jésus a voulu fonder l’Eglise comme nouveau peuple de Dieu et Il a choisi 12 apôtres comme les colonnes, comme les piliers de son Eglise, de son peuple. Oui, Jésus les a appelés amis (mes amis) mais ils sont beaucoup plus que des simples potes, qu’une bande de copains sympas. Les ministères, les services et l’autorité dans l’église ne sont pas des inventions cléricales tardives. Les apôtres, les évêques ne sont pas des parlementaires ou des députés. Oui, ce sont des élus mais élus par Dieu.

 

3) Finalement, ce tirage au sort de Matthias n’était pas un simple coup de poker aux yeux bandés. Non, Simon Pierre énonce les critères de sélection, les caractéristiques d’un candidat apôtre : c’est-à-dire un homme qui est disciple de Jésus et qui a accompagné le Christ tout le temps, depuis le commencement lors de son baptême par Jean dans le Jourdain jusqu’à son ascension dans le ciel. Il doit être témoin de sa résurrection. Donc pas n’importe qui. Ni le plus intelligent, ni le plus riche, ni le plus beau, ni le plus populaire ou le plus coté mais celui tiré au sort par l’Esprit Saint.

 

L’évangile résume la mission des apôtres et des évêques aujourd’hui à protéger l’Eglise de la mondanité et c’est aussi l’appel ce dimanche à chacun de nous : nous purifier de toute sorte de mondanité. Malheur si un jour on devait entendre parler de la paroisse du Sacré Cœur comme d’une paroisse mondaine … je ferais mes valises le premier… (valises de la marque Gucci …) Des chrétiens mondains n’existent pas, une contradiction dans les termes. Soit on est chrétien, soit on vit selon les critères du monde mais les deux ensembles ne se supportent pas. Les richesses, la carrière, les diplômes, les noms et les titres, les relations et connections, les marques et les parcs, les coiffures et les bijoux ou tatous, les menus et les apparences ne sont pas les soucis ni les valeurs d’un Chrétien.

 

Jésus a prié pour chacun de nous afin que l’esprit du monde ne nous dévore pas : « pour eux je me sanctifie moi-même afin qu’ils soient eux-aussi sanctifiés dans la vérité » Qu’est-ce que cela veut dire ? Comment Jésus peut-il se sanctifier s’il est déjà totalement saint, le saint de Dieu ?

 

Benoît XVI explique par une meilleure traduction : « pour eux je me consacre moi-même afin qu’eux-aussi soient consacrés par la vérité. »

Consacrer quelque chose ou quelqu’un signifie donner cette chose ou cette personne en propriété à Dieu, la retirer de notre cadre de vie terrestre et l’introduire dans le domaine de Dieu, afin qu’elle ne nous appartienne plus, mais soit totalement de Dieu. Consacrer c’est donc séparer, enlever du monde et remettre au Dieu vivant. La chose ou la personne ne nous appartient plus, et ne s’appartient même plus à elle-même, mais elle est plongée en Dieu.

Prenons l’exemple de la consécration pendant la Messe : nous apportons notre pain et notre vin ordinaire de notre vie quotidienne, de notre cadre habituel vers l’autel et nous les offrons à Dieu. Par la consécration, ce pain et ce vin quittent notre monde et se confondent totalement en Dieu, entrent totalement dans la sphère de Dieu, deviennent Dieu, deviennent le Corps et le Sang du Christ.

Se priver de cette manière d’une chose pour la donner à Dieu, c’est ce que nous appelons aussi sacrifice : cela ne sera plus ma propriété, mais sera sa propriété à Lui seul. Nous pouvons donc aller plus loin et traduire la prière de Jésus pour chacun de nous la veille de sa passion ainsi : « pour eux je me sacrifie moi-même afin qu’eux aussi soient mis à part pour Dieu par la vérité ».

 

Voici pourquoi la conclusion de Saint Jean : Dieu est amour ! Car il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. Jésus a donné sa vie pour chacun de nous pour que nous puissions être libérés des mensonges de la mondanité afin de nous plonger totalement dans son royaume de vérité et d’amour.

Continuons donc à vivre dans ce monde, aimons ce monde avec passion à l’exemple de Jésus pour le transformer mais sans jamais succomber à son esprit. Amen.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+