Homélie du père Benoît - Dimanche 17 décembre 2023

installation Père Benoit-13

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Frères, soyez toujours dans la joie, priez sans relâche, rendez grâce en toute circonstance : c’est la volonté de Dieu à votre égard dans le Christ Jésus.

Sacré Coeur, Bordeaux, 17 décembre 2023

« Frères, soyez toujours dans la joie, priez sans relâche, rendez grâce en toute circonstance : c’est la volonté de Dieu à votre égard dans le Christ Jésus. »

Chers paroissiens, Dieu veut que vous soyez toujours dans la joie ! Que vous voyiez la vie en rose, surtout la vie éternelle !

C’est quoi la joie, la vraie joie ? Ce n’est pas le sourire « cheese pose photo » ni le smiley d’une oreille à l’autre des publicités pour dentifrice et surtout pas les rires ou fou-rires artificiels et superficiels sur les plateaux de télévision qui sont plutôt des cache-misères de la honte personnelle des participants devant les caméras. Non.

La vraie joie n’est pas non plus le fruit du divertissement, entendu dans le sens étymologique du terme di-vertere, c’est-à-dire sortir des engagements de sa vie et oublier ses responsabilités. La vraie joie est liée à quelque chose de plus profond. Certes, dans les rythmes quotidiens, souvent frénétiques, il est important de trouver des espaces de temps pour le repos, la détente, mais la vraie joie est liée à la relation avec Dieu. Qui a rencontré le Christ dans sa vie, éprouve dans son cœur une sérénité et une joie que personne ni aucune situation ne peut lui voler. La vraie joie c’est la béatitude de ceux et celles qui se savent aimés. C’est dans le bonheur de cet amour que la joie chrétienne prend sa source.

La joie est l’expression corporelle du bonheur, d’une satisfaction. Quand il s’agit d’une satisfaction passagère, fugitive comme après un bon repas, le bonheur qui l’accompagne sera aussi passager et fugitif ,ainsi que la joie, une joie passagère et fugitive.

Dieu qui est Amour infini et éternel peut nous combler d’une joie qui dure et perdure.

Aujourd’hui, l’Eglise nous invite à entrer dans cette joie : la naissance de Jésus approche, encore 7 fois dodo, la venue de Dieu est proche et Il vient pour nous sauver, pour nous donner la vie éternelle, le bonheur éternel et pour cela la joie éternelle !

L’Église, éclairée par l'Esprit Saint, a toujours mieux compris que la "proximité" de Dieu n'est pas une question d'espace et de temps, mais une question d'amour : l'amour se rapproche !

Comme cette publicité pour Nescafé (en anglais car en France on ne boit pas du Nescafé. Ni la meilleure pub pourrait entrainer un Français à boire du faux café soluble … ) : dans les parcs et sur les places publiques, quand une personne veut s’asseoir sur un banc où il y a déjà quelqu’un, elle va prendre place à l’autre bout de ce banc assurant la distance maximale avec l’étranger.

Nescafé avait produit un banc public avec un système technique qui peut rétrécir ce banc en faisant glisser une partie du banc discrètement dans l’autre. Un peu comme la magie du Père George. La deuxième personne qui arrive et qui a pris place tout au bout du banc se voit tout à coup être rapprochée automatiquement de la personne qui était assise là avant elle. Le système les fait se rejoindre jusqu’à ce que les deux personnes se touchent et soient obligées d’entrer en relation. La réaction de surprise se traduit surtout en joie. Joie du rapprochement, joie de la rencontre !

(https://www.youtube.com/watch?app=desktop&v=oBwOac2A4gI)

Et nous ? N’attendons pas Nescafé pour nous rapprocher les uns les autres. Nous n’avons pas besoin d’un banc magique de rencontres. Jésus, Dieu lui-même s’approche de nous, de chacun de nous. Il s’approche jusqu’à nous toucher. Et la joie qui jaillit de cette rencontre est contagieuse !

Dimanche prochain, le soir, nous fêterons déjà Noël. La 4ème semaine de l’avent sera très courte. Pas facile de préparer la fête sans se laisser influencer par la commercialisation de Noël. Mais attachons-nous surtout à donner la priorité à la préparation spirituelle et familiale de Noël. Revivons par la liturgie ce que Marie et Joseph ont vécu.

Oui, le Seigneur est proche. Il est tout proche. Avec les mots de saint Augustin à la lumière de son expérience personnelle : « Le Seigneur est plus proche de nous que nous ne le sommes de nous-mêmes ! » (Les Confessions, III, 6, 11).

« Le Seigneur est plus proche de nous que nous ne le sommes de nous-mêmes ! »

Amen.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+