Homélie du Père Benoit - Dimanche 17 octobre 2020

installation Père Benoit-13Nos billets dans le panier ou notre jeton bleu ou la touche de notre carte bancaire contre le panier connecté, symbolise que nous voulons nous donner à Dieu ensemble avec les hosties pour que l’Esprit Saint transforme notre vie en don agréable, en louange à Dieu.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

"Dieu éternel et tout-puissant, fais-nous toujours vouloir ce que tu veux et servir ta gloire d’un coeur sans partage.“

"Dieu éternel et tout-puissant, fais-nous toujours vouloir ce que tu veux et servir ta gloire d’un coeur sans partage." Voici la prière collecte de ce dimanche que nous venons de prier.

Et dans l’Evangile nous sommes témoins de la tristesse du coeur partagé des Pharisiens, de leur hypocrisie. Ils se présentent devant Jésus de manière impeccable, distingués comme des princes, charmeurs comme des Italiens. Ecoutons les : "Maître“. Ils reconnaissent que Jésus est un rabbain. Ils font l'éloge des vertus de Jésus:"tu es toujours vrai, tu enseignes le chemin de Dieu en vérité, tu ne te laisses pas influencer par personne, tu ne considères pas les gens selon apparence.“ Ah, si les gens pouvaient dire les mêmes choses de moi-même ou de vous. Quelle merveille une personne de cette taille morale, d’une seule pièce !

 

Mais l’intention des Pharisiens n’est pas d’encenser Jésus mais de lui tendre une piège, de le faire tomber, de faire de lui un enseignant décapité. De démontrer au peuple que Jésus n’enseigne pas la vérité, qu’il est un faux rabbin. Mais qui tend une piège pour l’autre finit par y tomber lui même. Ils confessent que Jésus ne considère pas les gens selon l'apparence : alors pourquoi font-ils eux-même tant d’efforts pour apparaître avec la plus belle des façades du politiquement correct ? Jésus voit leur coeur fallacieux et leurs pensées méchantes.

Sommes-nous des Chrétiens d’une seule pièce avec des mots sur nos lèvres qui correspondent aux pensées de notre coeur?  (on aimerait dire des Chrétiens sans masque mais nous sommes bien obligés pour le moment d’en porter … )

 

"Rendez donc à César ce qui est à César, à dame Marianne ce qui est à dame Marianne, et à Dieu ce qui est à Dieu.“ Jésus nous a laissé le principe d’une saine et véritable séparation d’Etat et de l’Eglise. A chaque époque de trouver une correcte réalisation. Les Chrétiens, nous sommes dans le monde mais pas du monde. Les premiers Chrétiens se sont fait remarquer par leur conduite de citoyens exemplaires : ils payaient leurs impôts (certainement pas si élevés qu’au jour … ), ils triaient leurs déchets et désinfectaient leurs mains … A nous aujourd’hui aussi de vivre comme des citoyens qui édifient, qui n’ont pas peur de montrer l’exemple humblement. Nous serions surpris de trouver sur une pièce d’un euro l’effigie du Pape François. Non pas ça.

 

Mais où sont les pièces d’argent avec l’effigie de l’empereur de l’époque de Jésus? Quelques pièces rares dans quelques musées mais la grande masse disparue. L’or et l’argent comme les empereurs, les présidents et les puissants de ce monde périssent et disparaissent. Demain tout l’argent du monde par une petite crise peut perdre sa valeur, disparaitre.

Mais ce qui reste est la pièce d’or de Dieu. Dieu a imprimé son effigie, sa propre image et ressemblance dans la matière vivante : l’être humain. Dans notre esprit, chacun de nous porte l'image de Dieu et dans notre conscience chacun de nous porte l'inscription de Dieu, sa devise : "Aimez Dieu par-dessus tout et votre prochain comme vous-même!"

 

La pièce d’or de Dieu, l'homme, chacun de nous, ne disparaît pas mais est créé pour l'éternité. Donner à Dieu ce qui est dû à Dieu, c'est se confier à Dieu. Remettre sa vie entre les mains de Jésus, plein de confiance et de joie.

 

Dieu est la véritable banque où nous, ses enfants, nous pouvons et devons nous enrichir en humanité et en grâce. Dieu veut que notre compte soit bien rempli de bonnes oeuvres, d’amour et de bonheur. Dieu ne connait pas de crise et Dieu ne s'écrase jamais. Il ajuste son taux d'intérêt à chaque individu, un pourcentage infiniment élevé si nécessaire.

 

Rendre à Dieu ce qui est à Dieu se réalise liturgiquement dans la messe au moment de l’offertoire. Nos billets dans le panier ou notre jeton bleu ou la touche de notre carte bancaire contre le panier connecté, symbolise que nous voulons nous donner à Dieu ensemble avec les hosties pour que l’Esprit Saint transforme notre vie en don agréable, en louange à Dieu. Le moment de l’offrande de la Messe devrait avoir une suite et une influence dans mon comportement tout au long de la semaine.

Dieu éternel et tout-puissant, fais-nous toujours vouloir ce que tu veux et servir ta gloire d’un coeur sans partage.“

 

 

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+