Homélie du père Benoît - Dimanche 19 décembre 2021

installation Père Benoit-13

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Tu n'as voulu ni sacrifice ni offrande, mais tu m’as formé un corps. Les holocaustes et les sacrifices pour les péchés ne pouvaient pas te plaire. Alors j'ai dit : Me voici. Je suis venu, ô mon Dieu, pour faire ta volonté.

Sacré Coeur de Bordeaux, 19 décembre 2021

Deux mots au centre des lectures de la Parole de Dieu ce IVème dimanche de l’avent : corps et volonté !

« Tu n'as voulu ni sacrifice ni offrande, mais tu m’as formé un corps. Les holocaustes et les sacrifices pour les péchés ne pouvaient pas te plaire. Alors j'ai dit : Me voici. Je suis venu, ô mon Dieu, pour faire ta volonté. »

L'homme primitif, dans l’oubli de la vraie image de Dieu, tentait de se réconcilier avec Dieu, de mettre Dieu à sa faveur en offrant des sacrifices, poussé par la logique humaine du « do ut des » (moi je te donne pour que toi, tu puisses me donner … / la logique des campagnes électorales : moi je te donne des chèques pour que toi tu me donnes ton vote … hommes primitifs … ).

Dieu, je t'offre ce qui m'est le plus précieux afin que tu me sauves du mal, de la souffrance et de la mort. Je sacrifie la meilleure partie de ma récolte, j'abat mon bétail le plus gras. Même des enfants ont été tués, sacrifiés dans cette logique de peur et fausse image de Dieu.

Dieu fait alliance avec Abraham et sa descendance et très vite le peuple d'Israël comprend que Dieu ne tolère pas les sacrifices humains et que le sang des taureaux, des brebis et des tourterelles ne peut pas pardonner les péchés. En plus, à travers les prophètes, Dieu indique clairement qu'il est dégoûté des sacrifices et qu’il vomit à l'odeur des holocaustes dans son temple quand son peuple s’en fiche des commandements, vit contre la volonté de Dieu, endurci dans le mal avec un cœur de pierre froide.

De même que le premier péché est entré dans le monde par la désobéissance à la volonté de Dieu à partir du corps humain, ainsi le péché, le mal et la mort seront vaincus par une obéissance et un amour parfait à l'intérieur d'un corps humain. Et puisque seul Dieu peut pardonner les péchés, ce corps doit aussi être de nature divine.

Dieu le Fils dit au Père : Donne-moi un corps humain que je puisse l'offrir avec un amour parfait et infini, en faisant ta volonté, et ainsi réconcilier tous les hommes avec toi et leur accorder la vie éternelle. C'est le grand cadeau de Noël sous le sapin : un bébé, un corps de bébé comme véhicule de notre Dieu infini qui veut venir vers chacun de nous.

"Tu m'as préparé un corps." Ce corps est d'abord et avant tout le propre corps humain de Jésus, sa chair, son sang et ses os. Son corps qui a été torturé et crucifié mais ressuscité. Son corps que nous recevons dans la sainte Eucharistie et que nous pouvons adorer, jours et nuits dans notre chapelle d’adoration. Son corps qui est l'Église, dont Jésus est la tête et nous les membres.

Mais le corps de Marie est aussi un corps que Dieu a préparé pour son Fils. Le corps de Marie était aussi un véhicule de Dieu vers les hommes comme elle a porté Jésus vers Elisabeth et Jean le Baptiste. Le corps humain devient un tabernacle si la volonté humaine accepte la volonté de Dieu. Ton corps aussi a la vocation de devenir tabernacle de Dieu parmi les hommes. En es-tu conscient ? Comment ?

La volonté de Dieu se résume dans le commandement de la charité, le testament de Jésus : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés.» Si ta volonté adhère au commandement de l’amour, et si comme Jésus et Marie tu réponds à Dieu : « Me voici, je suis totalement à ta disposition. » alors tu seras un tabernacle pour Dieu dans la société.

Marie, dans l'Evangile de la Visitation est un merveilleux exemple pour nous. Luc écrit : « Marie se rendit avec empressement, avec hâte vers Elisabeth qui avait besoin d'aide. » Elle n’était pas stressée mais n’attendait pas pour faire le bien. Nous, au contraire, nous sommes plutôt stressés et ainsi immobilisés pour faire le bien. Ne laissons pas le bien que nous pouvons faire aujourd'hui à demain. De la procrastination vient l'annulation. Pour faire le bien, Marie n'avait pas besoin de réunions de sages, ni de l’avis de son accompagnateur spirituel. Elle n’avait pas besoin qu’une nuit de bon sommeil lui apporte conseil avant de se décider. Non. Elle se mit en route sans faire de calculs.

Marie n’avait pas tout le temps devant elle non plus. Personne n’a le temps. Mais il faut le prendre, votre temps. Avoir le temps ou ne pas en avoir est une question de priorités, de décisions. Comme ce serait bien que les incrédules de notre nouvelle société païenne puissent témoigner de nous : « ces chrétiens qui sont toujours engagés dans l’urgence pour aider leur prochain ».

Autre manière de devenir tabernacle de Dieu parmi les hommes : un corps tu m’as donné, Seigneur, me voici dans les douleurs de nombreuses maladies prolongées, au milieu des malaises du vieillissement.

Il y a quelques années, une jeune femme de 41 ans, issue du monde de la drogue et de la prostitution avait été hospitalisée à cause de douleurs intenses. Diagnostic : un corps parsemé de cancers, plus rien à faire, en phase terminale, mieux valait rentrer à la maison. Complètement prise au dépourvu, son monde s'effondra, et elle pensa à appeler un prêtre : « Père, j'ai tellement peur de la mort. Ceci et cela était mauvais dans ma vie. »  Qu'il était beau, après avoir répété les paroles de Jésus que les prostituées entreront en avant-première dans le ciel, après avoir pu lui donner le pardon par la confession et la consolation, et la force par l’onction des malades, de pouvoir encourager cette fille du Père qui désormais, de ce même corps avec lequel elle avait souvent péché, elle pourrait maintenant aimer Dieu en portant avec amour la maladie, pas seule mais ensemble avec Jésus jusqu’au paradis.

Que l’attitude de Jésus et de Marie soit aussi la nôtre :

« Tu n'as voulu ni sacrifice ni offrande, mais tu m’as formé un corps. Alors j'ai dit : Me voici. Je suis venu, ô mon Dieu, pour faire ta volonté. » ou identique : « Voici la servante du Seigneur, qu'il me soit fait selon ta parole. »

Amen.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+