Homélie du père Benoît - Dimanche 24 octobre 2021

installation Père Benoit-13

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

"Le Fils qui est la lumière du monde appelle le fils aveugle qui vit dans les ténèbres."

Bordeaux, Sacré Cœur, 24 octobre 2021

Aujourd’hui dans ce bel Evangile deux fils se rencontrent, deux regards se croisent : le Fils de David, Fils de Dieu rencontre le fils de Timée. Le Fils qui est la lumière du monde appelle le fils aveugle qui vit dans les ténèbres.

Jésus sortait de Jéricho avec une foule nombreuse …Cette même foule de Jéricho qui empêcha Zachée de voir Jésus car Zachée était petit. Cette même foule empêche maintenant l’aveugle Bartimée de s’approcher de Jésus en criant de l’aide. Mais comme Zachée ne s’est pas laissé décourager par la foule en grimpant dans un arbre au bord du chemin où passait Jésus, ainsi l’aveugle Bartimée aussi au bord du chemin ne se laisse pas décourager par la foule et il crie encore plus fort. Le résultat pour les deux est le même : ils finissent par voir Jésus face à face et cette rencontre de regards fait d’eux des disciples : les deux suivent Jésus.

L’autre jour un jeune père de famille m’a appelé en pleurant : « je ne suis pas catholique pratiquant, ni exemplaire mais mon père m’a éduqué pour être honnête et droit, et là on essaie de nous écraser de tous côtés. Je n’en peux plus. C’est ma famille qui est devenu folle ou plutôt la société ? Qu’est ce qu’on peut faire pour tenir ? » C’est dur d’écouter un homme, un armoir, joueur de rugby qui pleure. Que faire ? Quoi faire si les masses d’aujourd’hui , les vrais aveugles, aveuglées moralement nous repoussent avec violence ou indifference aux bords des chemins du politiquement correct ?

Suivre l’exemple de Bartimée l’aveugle : crier à Jésus, crier plus fort que les bruits écrasants de cette société folle : « Fils de Dieu, prends pitié de moi ! »

Jésus répondra encore aujourd’hui à chacun de nous qui se dirige avec confiance à lui : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » Mais quel Dieu avons-nous ! C’est inouï ! Un Dieu qui demande à ses enfants, à ses créatures : que peux-je faire pour toi ? Un Dieu qui est concerné par le bonheur de chacun d’entre nous individuellement et qui se met à notre service.

Que la réponse de Bartimée soit aussi notre prière : « Que je vois, Seigneur ! » Que je vois avec mon cœur ! Et la vue spirituelle, c’est le don de la foi. La foi est la lumière par laquelle nous pouvons voir Jésus, par laquelle Dieu invisible devient tangible.

La prophétie de Jérémie reste très actuelle : Criez tous : Seigneur sauve ton peuple ! C’est une grande assemblée qui revient. Ils avancent dans les pleurs et les supplications, je les mène, je les conduis vers les cours d’eau par un droit chemin. Car je suis un père pour mon peuple. 

Prophétie de Jérémie qui est à l’image de l’Eglise aujourd’hui. Jésus nous appelle et nous dit d’avoir confiance. Encore aujourd’hui, le monde et chacun d’entre nous, nous serons sauvés par la foi. Une foi vivante, traduite en actes. Faisons comme l’aveugle: jetons notre manteau qui pèse sur nos épaules et qui nous immobilize comme spectateurs passifs aux bords des chemins de la société, bondissons de joie pour avoir écouté la voix du Seigneur et courrons vers Jésus plein d’enthousiasme et d’espoir.

La foule de Jéricho et de tout les temps est maniable : elle impose à l’aveugle de se taire et quelques secondes plus tard, après l’intervention de Jésus, cette même foule dit le contraire, elle encourage l’aveugle et l’aide à s’approcher de Jésus. De tous temps, les masses ont changé d’opinion comme les girouettes sur les clochers des églises.

Aujourd’hui les égoïsmes, les extrémismes et le populisme de gauche et de droite, du nord, sud, ouest ou est, les radicalismes de toutes couleurs deviennent de plus en plus violents. Aujourd’hui aussi il nous faut l’intervention de Jésus. Le monde doit écouter la voix de Jésus qui appelle et qui demande : « Que puis-je faire pour vous ? »

Mais le Christ a déjà tout fait : Il a donné sa vie sur la croix pour nous. Par sa résurrection, il a déjà vaincu le mal et donné la vie éternelle. »

C’est plutôt à nous maintenant de demander à Jésus : « Seigneur, que pouvons-nous faire pour vous ? ».

Amen.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+