Homélie du père Benoît - Dimanche 26 novembre 2023

installation Père Benoit-13

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Le Christ Roi remet aux mains de Ta souveraine Puissance, Dieu Notre Père, un Règne sans limite et sans fin : Règne de vie et de vérité, Règne de grâce et de sainteté, Règne de justice, d'amour et de paix.

Ste Croix, Bordeaux, 26 novembre 2023

Le Christ Roi remet aux mains de Ta souveraine Puissance, Dieu Notre Père, un Règne sans limite et sans fin : Règne de vie et de vérité, Règne de grâce et de sainteté, Règne de justice, d'amour et de paix.”

Voici la belle préface de la solennité d’aujourd’hui que nous prierons dans quelques instants. L’évangile du jugement final nous présente sous forme de parabole ce Roi qui révèlera par amour la vérité et la justice sur la vie de chacun de nous.

Saint Jacques nous rappelle que le jugement est sans miséricorde pour qui ne fait pas miséricorde, mais qu’au contraire la miséricorde se moque du jugement ! (Jc 2, 13)

Le génie des artistes, en créant des œuvres d’art qui nous suggèrent ce jugement final, nous a influencés de sorte que nous restons plutôt captivés par le deuxième tableau du jugement, la partie négative, punitive, la liste des omissions. La traduction de l’enfer ou du purgatoire en images, ne nous laisse pas indifférents.

Mais n’oublions pas le premier tableau, les approches positives, la liste des récompenses. Quel éclat d’espérance ! Tout le bien que nous avons fait pour un prochain, c’est à Dieu que nous l’avons fait ! Le message central du Christianisme. Le fruit révolutionnaire de l’incarnation. En Jésus, vrai Dieu et vrai homme, Dieu s’identifie avec chaque être humain. Inouï : par Jésus l’équation Dieu = être humain est devenue valable ! Quelle merveille mais en même temps : quelle responsabilité vertigineuse !

La première lecture et le psaume révèlent plutôt ce règne de vie, de grâce et de paix. Christ, Roi et berger, le nouveau David, le berger consacré roi. Que des images de tendresse et de pitié, d’affection et de bienveillance. Un roi qui rassemble, un roi qui donne le repos, un roi qui cherche ses serviteurs perdus, qui panse ses soldats blessés, qui redonne forces à ses enfants.

Hier, avec quelques paroissiens, nous avons participé toute la journée à l’Ecole Diocésaine de la Mission. Nous avons été interpellés par la beauté de l’évangélisation. Je suis resté marqué par l’absurdité de la peur de faire connaître Jésus Christ, de parler de notre Roi autour de nous. D’un côté, nous avons en Jésus Christ le plus beau des fils de l’homme, nous avons en Jésus le Roi des rois. Son message, ses enseignements et surtout son exemple et ses dons, la résurrection, la vie et l’Esprit Saint n’ont pas d’égal. Nous avons en Jésus un Roi qui ne nous appelle plus serviteurs mais amis. Un roi qui n’exige pas d’impôts et de servitude mais qui sait seulement donner et qui donne tout : son amour, son pardon, la vie et sa propre vie. Nous vivons de tous ces trésors et néanmoins nous avons peur de parler de lui. Moi, le premier. D’un côté, nous sommes fiers, réalisés et comblés par le Christ et son royaume et en même temps nous n’osons pas le faire connaître … D’où vient cette lâcheté ? Sans doute de quelqu’un qui ne veut pas que l’Amour du vrai Dieu soit révélé, de quelqu’un qui s’oppose au royaume de Dieu.

Les guerres qui éclatent comme des champignons d’automne, les violences mortelles et cruelles qui se multiplient font tomber les masques de la fausse tolérance. Aux Pays-Bas, nation connue pour sa tolérance, un maire, face aux violences urbaines, vient de se confesser : « Nous étions convaincus que nous étions tolérants mais non. » La tolérance sans vérité est une utopie. La tolérance sans vérité est une forme d’indifférence déguisée, un égoïsme subtil, un laisser faire facile.

Christ, notre Roi, que ton Règne vienne ! Mais maintenant ! Nous en avons tant besoin. Ton royaume est urgent et vital.

Avance, accélère le passage de ton Règne aux mains de ton Père, ton Règne sans limite et sans fin : ton Règne de vie et de vérité, ton Règne de grâce et de sainteté, ton Règne de justice, d'amour et de paix.”

Amen.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+