Homélie du père Benoît - Dimanche 26 septembre 2021

installation Père Benoit-13

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Serais-tu jaloux pour moi ?

Bordeaux, 26 septembre 2021

« Serais-tu jaloux pour moi ? » demande Dieu à chacun de nous aujourd’hui : « Es-tu jaloux à ma place ? » Es-tu jaloux à la place de Dieu ?

La Parole de Dieu nous invite à démanteler notre système de castes. Le système des castes n’est pas seulement une structure sociale en Inde avec ses parias, ses exclus, ses intouchables. Mais chacun d’entre nous a tendance à construire dans sa tête et dans son cœur un système de castes et de maintenir cette structure. Notre propre « égo » cherche recours et sécurité derrière des murs que nous avons nous-même construits de haute maçonnerie pour nous séparer des autres : notre petit club d’amis, notre petite famille, notre clocher, notre secteur paroissial, notre culture ou notre association peut nous séparer des autres.

Il y a 1200 ans, Josué, le fils de Noun, a commis la même erreur que Jean, le disciple aimé par Jésus. Ils ont voulu empêcher quelqu’un de faire le bien, de prophétiser, de guérir, pour la seule raison que la personne n’était pas des leurs, de leur petit groupe. Et 2000 ans après Jésus nous continuons à commettre la même erreur.

Jésus nous enseigne que faire le bien n’est pas breveté. Le droit et le devoir de faire le bien et de faire la vérité ne sont pas soumis à des droits d’auteurs. « Faire le bien au nom de Jésus » n’est pas suivi par un ® ou un © !

Dieu n’est pas jaloux, donc nous ne devons pas être jaloux à sa place !

De plus, Dieu a voulu faire de tout son peuple un peuple de prophètes. Cela s’est réalisé le jour de la Pentecôte : Dieu nous a donné son Esprit et par notre baptême nous sommes tous devenus des prophètes, pas tellement pour prédire le futur mais pour proclamer la vérité, la Bonne Nouvelle que Dieu nous a sauvé du mal et de la mort en Jésus Christ.

Jésus nous parle avec radicalité, avec des images de mutilation à interpréter de façon figurative, car Jésus veut empêcher que nous devenions le contraire, l’opposé : des prophètes de malheur, des prophètes de scandales.

Pendant 6 ans j’ai travaillé en Seine-et-Marne dans la paroisse de La Ferté sous Jouarre, appelée aussi la capitale des meuliers. Sur chaque rond point on voit une meule. Si on devait prendre à la lettre ce que Jésus dit de faire avec ceux qui causent scandale, la Garonne serait trop petite …

Nous le savons : dans l’Eglise aussi il y a eu beaucoup de scandales, causés, hélas, aussi par ses prêtres. Bientôt le rapport Sauvé sera publié, les résultats de la commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise. Des plaintes d’au moins 10.000 victimes depuis 1950. Ne soyons pas surpris, assumons la vérité pour affronter le futur avec purification, réparation et espérance.

A chacun de nous de faire notre examen de conscience : mes pieds s’approchent-ils de Dieu où me séparent-ils plutôt de Lui ? et mes mains ? et mes yeux ? et mes oreilles ? Et mon téléphone portable ? Est-ce que mon portable me rapproche de Dieu ou m’éloigne plutôt de Dieu ? Si ton téléphone portable est pour toi une occasion de chute, arrache-le, jette-le dans la Garonne : mieux vaut entrer dans le ciel sans téléphone portable que d’entrer dans l’enfer avec un Iphone 13 …

(Mais mon père, comment un portable pourrait-il donner  une occasion de chute ? perte de silence et donc de prière, la dépendance, perte de temps, conversations superficielles ou mauvaises, groupes de harcèlement, images pornographiques ou d’autres formes de violence extrême, etc. )

Terminons plein d’espérance : Jésus nous dit aussi : « Celui qui donnera au nom de Jésus un verre d’eau à son prochain, il ne restera pas sans récompense. »

Et est-ce que vous ne donnez pas plus qu’un verre d’eau chaque jour à votre prochain ? Vous ne donnez pas plus qu’un verre d’eau à vos enfants ?

Ceci est un message de grande consolation pour chacun de nous et une motivation à continuer à faire le bien et à chercher davantage à faire le bien au nom de Jésus.

Non, faire le bien n’est pas breveté (pas encore 😊 ) . Visons la production maximale du bien, dans notre cœur et dans notre entourage. Pour que le mal de ce monde soit vaincu par le bien. Amen.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+