Homélie du père Benoît - Dimanche 5 décembre 2021

installation Père Benoit-13

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Jérusalem, Jérusalem, quitte ta robe !

Sacré Cœur, Bordeaux, 5 décembre 2021

Jérusalem, Jérusalem, quitte ta robe !... Non, le prophète Baruc n’incite pas Jérusalem à la provocation en devenant membre des Femens …

Quitte ta robe de tristesse et de misère, revêts la parure de la gloire de Dieu pour toujours, debout, resplendis ! Quel changement ! Quelle joie !

Le peuple d’Israël avait tout perdu, banni en exil en Babylone : plus de terre, plus de liberté, plus de temple. Mais la parole de Dieu fut adressée au prophète Baruc qui eut la joie d’annoncer la fin de l’exil, le retour à Jérusalem et la reconstruction du temple, seule maison de Dieu sur terre.

Aujourd’hui, cette même parole de Dieu nous est annoncée. Notre exil est arrivé à sa fin.

Nos premiers parents, Adam et Eve ont été exilés du jardin du paradis à cause de leur péché. En se rendant compte qu’ils étaient nus, ils se sont couverts de peaux d’animaux, ils se sont fabriqué des robes de tristesse et de misère. Chacun de nous, nous sommes nés en terre d’exil, loin de la maison du Père, emmaillotés dans ces mêmes robes de tristesse et de misère, esclaves du mal. Seulement Dieu peut nous faire revenir de l’exil, seulement Dieu peut nous faire entrer à nouveau dans le paradis, dans la pleine communion avec Lui. Et notre Sauveur est proche, Noël arrive.

Par la bouche de Jean Baptiste, Dieu nous invite à quitter notre robe de tristesse et de misère ! Le Christ vient revêtir chacun de nous avec la parure de la gloire de Dieu pour toujours, pour la vie éternelle ! Ce mystère s’est réalisé pleinement dans notre baptême mais la liturgie nous le laisse revivre chaque année pour ranimer en nous cette joie et cette gratitude.

Comme la parole de Dieu fut adressée au prophète Baruc, cette même parole de Dieu fut adressée à Jean le Baptiste dans le désert. Pour démontrer qu’il ne s’agit pas de fables, de pieuses inventions, de contes mythologiques ou fake news, l’Evangéliste Luc souligne l’historicité de l’intervention divine en nommant les grands souverains du moment ( Tibère, Ponce Pilate, Hérode, Hanne et Caïphe : aujourd’hui, on dirait sous l’empire d’Emmanuel Macron en France, Fabienne Buccio tenant le sceptre sur la Gironde et Anziani sur le trône de la métropole de Bordeaux pendant que le Pape François règne à Rome … un moment historique très concret … )

Ces grandes figures historiques du pouvoir forment seulement le décor pour une personne beaucoup plus importante : la Parole de Dieu fut adressée dans le désert ! C’est la Parole de Dieu qui est le vrai protagoniste de l’histoire, c’est la Parole de Dieu qui est la vraie force de changement, qui transforme les déserts de notre monde en paradis, en oasis de verdure, en micro-forêts de paix et de salut. Cette Parole de Dieu, devenue homme en Jésus Christ.

Pour nous préparer à Noël, à nous de suivre les mêmes consignes, celles de Jean le Baptiste, celles du prophète Baruc :

  • Rendons droits nos sentiers, les sentiers de notre vie. La peur nous transforme parfois en vrais labyrinthes : que de pensées tortueuses, que d’approches indirectes derrière les dos au lieu de la simplicité franche et directe. Que notre oui soit oui et notre non soit non. Ne nous compliquons pas la vie. (adoratrice qui voulait changer d’heure)

  • Comblons les ravins : les grands vides de notre vie et de notre société, surtout vide de sens, vide d’espérance, vide d’amour. Comblons ces vides avec la richesse de l’espérance et du partage fraternel. Des frères et sœurs qui se trouvent tout au fond  du ravin, victimes d’une forme de dépression… Essayons de combler leur vide par notre présence et faire en sorte qu’ils puissent remonter à la surface et revoir les rayons du soleil sur leur visage.

  • Abaissons toute montagne et colline : les hautes montagnes, les pics de notre orgueil et de notre vanité. Jetons-nous en dessous des bulldozers et des rouleaux compresseurs de l’humilité. L’orgueil est l’obstacle sur le chemin vers Dieu. L’humilité attire Dieu.

Que ce temps de l’avent soit un temps de vraie conversion pour chacun de nous.

Debout, resplendis, tout être vivant verra le salut de Dieu !

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+