Homélie du Père Benoît - Dimanche 7 juin 2020 - Solennité de la Sainte Trinité


installation Père Benoit-13"au NOM du Père, et du Fils, et du Saint Esprit".
Voilà le nom de notre Dieu.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Quel est le nom de notre Dieu ? Comment les Chrétiens appellent-t-ils leur Dieu ?

Sortez dans les rues pour faire un petit sondage sur les terrasses à nouveau ouvertes respectant méticuleusement les gestes barrières comme nous le faisons à l’église. Vous aurez très peu de réponses. Les gens vous diront avec une certaine satisfaction personnelle d’être à la hauteur de la question qu’Allah est le nom que les Musulmans donnent à Dieu, Jahweh le nom de Dieu pour les Juifs et que quelques politiciens français continuent à donner le nom de Raison à Dieu…

Mais quel nom donnons-nous à Dieu ? Ou avons-nous un Dieu anonyme, sans nom, né sous X ?

Nous avons commencé cette Eucharistie comme nous commençons chaque prière chrétienne : « au NOM du Père et du Fils et du Saint Esprit ». Voilà le nom de notre Dieu.

Aujourd’hui nous fêtons une réalité unique au Christianisme, un mystère pas encore révélé à Moïse avant Jésus, un mystère rejeté par Mohamed après Jésus : notre seul Dieu unique est à la foi Père, Fils et Saint Esprit. Le mystère de la Sainte Trinité.

Si on croit qu’il y a un seul Dieu en 3 personnes c’est parce que Dieu nous a révélé son intimité, parce que Jésus nous a enseigné cette vérité. Jésus a prié son Père, Jésus a dit qu’il est le fils unique du père, qu’il est totalement un et identique au Père. Jésus nous a donné son Esprit Saint. Jésus nous a donné la mission d’aller dans le monde entier proclamer la Bonne Nouvelle et de baptiser au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit.

La première lecture nous montre comment Dieu s’est révélé petit à petit pendant l’histoire d’alliance avec son peuple Israël. A Moïse Dieu a révélé son nom « celui qui EST, le Seigneur », il a révélé quelques éléments de ses entrailles, qu’Il est tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d’amour et de vérité ».

Mais la pleine et définitive révélation de Dieu est arrivée en Jésus Christ. Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné son Fils unique pour sauver le monde et donner la vie éternelle à ceux qui croient en lui. Et Jésus nous a montré que Dieu n’est pas seulement plein d’amour mais que Dieu EST l’amour même. DIEU EST AMOUR. Et l’amour est vie, l’amour est dynamique, l’amour est se donner et recevoir. Il faut donc en Dieu ce Père, ce Fils et cet Esprit Saint. Qui est déjà tombé amoureuse ? On ne pense pas seulement à la personne qu’on aime, mais même si le bien aimé n’est pas présent, il y a en nous quelque chose, quelque chose qui nous rend heureux, un vrai amour est présent. C’est la tâche du Saint Esprit.

Un des sports en montagne est la descente des rivières avec ses cascades et accélérations. Un des grands dangers sont les tourbillons qui se forment au pied de chaque chute d’eau : on peut y être pris et ne plus pouvoir sortir, comme être pris dans une machine à laver. Être baptisé au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit c’est comme entrer au cœur du tourbillon d’amour qui est Dieu, c’est être pris par ce mouvement d’amour, de don réciproque et de joie au sein de la Trinité.

 

Dans les supermarchés il y a des promotions « 3 pour 1 », acheter 3 pour le prix d’un.

Jésus nous a fait la promotion de Dieu : croire en un seul Dieu et recevoir, participer dans l’amour infini de 3 ! (Vous connaissez le chant « au Dieu trois fois saint ». Un jour à l’église une petite fille chantait de tout son cœur : « au Dieu trois fois cinq ». 15 ça fait un peu beaucoup, 3 c’est déjà pas mal … )

Nous sommes les enfants du signe de la croix :

Un petit garçon cette fois ci, après l’Eveil à la foi, tout fier d’avoir appris son signe de croix voulait répéter la leçon devant tout le monde : « au nom du front et du cœur et du Saint Esprit » …

 

Dès le tout début de l’église, déjà Saint Paul salue les communautés chrétiennes comme le prêtre dit encore aujourd’hui à la fin des prières dans la Messe. Avec cette salutation de Saint Paul et ce vœux magnifique du plus profond de mon cœur je peux aussi terminer cette homélie :

 « Que la grâce de Seigneur Christ, l’amour de Dieu le Père et la communion du Saint Esprit soient toujours avec vous tous. »

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+