Homélie du Père Benoît - dimanche 7 mars 2021

Lorem ipsum dolor sit amet

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

3ème dimanche de carême

"Heureux qui comme Ulysse, a fait un beau voyage...et puis est retourné pour vivre entre ses parents le reste de son âge...". Ulysse, le héros grec de la guerre de Troie a dû affronter une odyssée de 10 ans chargée d'épreuves avant de retourner vers sa terre natale et les désirs de son coeur : Pénélope son épouse, Télémaque son fils et Arkos, son chien. Mais son arrivée ne fut pas si heureuse comme ce sonnet classique le suggère : en arrivant, Ulysse trouva sa maison et toutes ses possessions dans les mains de ses ennemis. La maison de son père et de ses ancêtres n'était plus à lui. Quelle douleur et déception incitant à la colère !

 

Dans l'évangile de ce dimanche, Jésus aussi arrive enfin au bout de son voyage, à Jérusalem, la ville sainte. Suivant le désir de son coeur, il pourra à nouveau visiter le temple, la maison de son Père où, ayant seulement 12 ans, il restera 3 jours pour discuter avec les docteurs de la loi. Mais son arrivée au temple n'est pas si heureuse qu'il y a 20 ans : Jésus trouve la maison de son Père entre les mains de ses ennemis. Le seul endroit où, pour les juifs, Dieu habitait réellement sur terre, a été transformé en maison de commerce, en marché des Capucins, par des personnes qui idolâtrent l'argent, en oubliant les Dix Commandements de Moïse. Jésus se met en colère (en flamand, on dit : Jésus pique une colère française. Jésus est un peu français !) Il fait le grand ménage. Une sainte colère par amour pour la maison de son père, maison de prière.

 

L'évangile termine : Jésus les connaissait tous, il connaissait ce qu'il y a dans l'homme. Il sait ce qu'il y a dans le coeur de chacun de nous. Pour le bien et pour le mal. Mais Dieu n'est pas un contrôleur, il n'est pas l'œil qui voit tout. Il pourrait, mais c'est nous, les hommes, qui avons créé la toile d'araignée de caméras de surveillance partout présentes : souriez, vous êtes filmés ! Non, Dieu n'est pas comme ça. Il nous respecte.

 

Puisque Dieu connaît ce qu'il y a dans l'homme, Dieu lui-même est venu à notre aide. Dieu lui-même nous a donné la sagesse, le chemin à suivre et le code de la route pour éviter les accidents et pour rester sur le bon chemin. Il a fait cela en ciselant les Dix Commandements sur des tablettes de pierre afin de souligner leur valeur pour tous les temps. Les Dix commandements ne se démodent pas et surtout pas par l'homme qu'on appelle moderne. Les Dix commandements ne changent pas s’adaptant aux nouvelles générations … Tout comme les villes médiévales étaient protégées par un rempart, les Dix Commandements protègent l'être humain des effets de l'égoïsme et de toutes autres formes de mal et de péché. Vivez les Dix Commandements et vous aurez la paix et la liberté. Moquez-vous des Dix Commandements au nom de l'émancipation, ignorez-les et vous courrez dans le mur, tête la première. La vie humaine harmonieuse devient impossible. La société s'effrite (surtout belge) et se termine par des crises, des crises de toutes sortes.

 

Pourrait-il y avoir un lien entre notre crise actuelle de la pandémie et les Dix Commandements ? Où est la place de Dieu ? Rendre un culte aux idoles, est-ce réellement quelque chose de l'antiquité ? L'argent, le pouvoir, la santé, le plaisir, la drogue, la carrière, ne peuvent-ils pas se transformer en faux dieux ? Le nom de Dieu est-il respecté ?

 

Et le respect du dimanche ? Le gouvernement nous a enseigné par ses attestations ce que sont des achats et déplacements essentiels. Nous Chrétiens, est-ce que nous limitons le travail le dimanche aux services essentiels ? Si nous faisons nos courses non essentielles le dimanche, nous collaborons à obliger des mères de famille à passer leur dimanche comme caissières et des pères de famille à remplir les rayons de supermarchés au lieu de donner du temps à Dieu, d'aller à la messe ou de se reposer en famille.

L'euthanasie, forme actuelle et cynique d'honorer nos pères et nos mères ? Tu ne commettras pas de meurtre ; depuis quelques semaines, une nouvelle à la Une : des adolescents tuent des adolescents, les rixes sont à la mode, même à Bordeaux. Adultère, vol, mensonge, faux témoignage et convoitise, n'en parlons pas car c'est devenu banal, normal même avec la seule excuse : rien de grave car tout le monde le fait !...

 

Puisque Dieu connaît ce qu'il y a dans l'homme, Il ne s'est pas limité au don de la loi, des Dix Commandements, des dix paroles. Il manquait la grâce. La loi a pris chair. Les Dix Commandements se sont résumés en une seule parole qui s'est incarnée, qui est devenue homme. La Parole vivante du Père, Jésus Christ, est devenue le vrai temple de Dieu, la présence réelle de Dieu sur terre. Et nous, par notre baptême, nous avons reçu cette grâce immense de devenir aussi temples de Dieu car Dieu habite en nous.

 

Aujourd'hui, Jésus fabrique un fouet avec des cordes pour chasser les marchands et purifier le temple. Dans quelques semaines, le Vendredi Saint, le vrai temple, le corps du Christ, recevra à nouveau des coups de fouet pour essayer de le détruire. Mais après 3 jours, il sera reconstruit. Le corps du Christ a été flagellé pour purifier les péchés de chacun de nous, pour purifier les temples que nous sommes. Mais Il resuscitera !

 

"Heureux qui comme Ulysse, a fait un beau voyage... et puis est retourné pour vivre entre ses parents le reste de son âge...". Heureux sommes-nous, invités après le voyage de notre vie, de retourner à la maison pour vivre entre notre Père, le Fils et le Saint Esprit pour le reste des âges en communion d'amour.

 

Oui, la folie de Dieu est plus sage que celle des hommes, et ce qui est faiblesse de Dieu est plus fort que les hommes !

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+