Homélie du Père Benoît - Messe de Noël

installation Père Benoit-13Lorem ipsum dolor sit amet

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Gloria in excelsis Deo ! Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu'Il aime ! Voici le message de cette nuit de Noël et Dieu aime tous les hommes. Il y a 2000 ans, les anges ne l'ont pas chanté en latin, ni en français et encore moins en anglais mais la chorale angélique a chanté en patois araméen, la version de la région de Bethléem, la langue des bergers. C'était même une version de patois araméen différente de celle de Marie et Joseph qui venaient de la Galilée du nord, une autre région. L'enfant Dieu, la Parole vivante de Dieu, est né cette nuit pour chacun de nous personnellement, pour parler à notre coeur dans notre langue individuelle. Un grand spécialiste, gourou des préparations et réparations du mariage, parle des 5 langages d'amour et il explique combien c'est important de connaître quel langage d'amour est le plus important pour votre conjoint : les services, les paroles, les gestes d'affection physique ou les cadeaux. A vous de découvrir aussi le langage d'amour de votre curé.

Mais Dieu et les anges ne se limitent pas à 5 langages, mais ils s'adaptent et ils chantent et ils parlent par autant de langages qu’il y a de personnes humaines sur la terre pour être sûr que le message du ciel est passé, entendu et compris : un enfant est né pour vous, pour toi un Sauveur est né : c'est Christ, le Seigneur !

Chaque naissance est supposée être un évènement de joie même chez les animaux bien que dans ma langue maternelle, pour les animaux on parle de jeter à l'existence (en français mettre à bas): par exemple : la louve a jeté un nid de louveteaux et louvettes. Expression reprise par les philosophes existentialistes athées : nous sommes jetés dans l'existence, nous sommes condamnés à vivre, l'enfer c'est les autres... L'anti-Noël pur et dur. Chaque naissance est une joie car chaque naissance est une mission. L'enfant Jésus n'a pas été jeté froidement sur la paille mais imaginons-nous la tendresse débordante avec laquelle les douces mains de Marie ont couché délicatement son nouveau-né dans la mangeoire.

Et la mission de cet enfant est claire, résumée dans tous les noms qu'il a reçus : Emmanuel, Conseiller-merveilleux, Dieu-Fort, Père-à-jamais, Prince- de- la- Paix et surtout Jésus, le Christ, Sauveur. Jésus est né pour nous sauver et pour donner une deuxième naissance. Sa naissance en tout petit corps de bébé à Bethléem donnera la naissance de son corps mystique à Jérusalem à Pâques. Par sa mort et sa résurrection, Jésus a donné naissance à l’Eglise, son corps mystique. Pour cela, il y a tant de parallèles, de liens, de similitude entre ces 2 naissances. Prenons-en 7 :

1) Jésus est né en dehors de la ville car il n'y avait pas de place pour lui au centre-ville. Jésus a été crucifié en dehors des murailles de Jérusalem car compté parmi les criminels.

2) A sa naissance, Marie, joyeuse, a pris dans ses bras son nouveau-né, l'a serré contre son coeur, l'a nourri avec les gouttes de son lait. A sa mort, Marie, la mater dolorosa, a pris son fils sans vie dans ses bras en posant sa joue au coeur en veille de son fils, lavée par les gouttes de sang de l'Agneau de Dieu.

3) Jésus est né dans une grotte étable et il a été enseveli dans un tombeau dans les rochers.

4) A sa naissance, Marie emmaillota Jésus dans les linges. A sa mort, le corps de Jésus fût enveloppé dans des linges, le suaire et le linceul.

 

5) Jésus est né les bras ouverts sur le bois de la crèche pour embrasser le monde entier et il est mort les bras ouverts sur le bois de la croix pour pardonner au monde entier.

6) Les anges ont chanté le Gloire à Dieu pour annoncer sa naissance. Les anges ont chanté l' Alleluia pour annoncer sa résurrection.

7) Trois hommes, les 3 mages sont arrivés après un long chemin terrestre pour adorer ce petit corps du Sauveur. Trois hommes, Joseph d'Arimathie, Nicodème et saint jean sont arrivés après un long chemin spirituel pour vénérer le corps du Seigneur en lui donnant une sépulture.

 

Oui, cette nuit, un Sauveur nous est né. Le seul vaccin efficace contre le mal et le péché. Le seul vaccin où les effets secondaires sont aussi agréables que l’effet principal : c’est-à-dire, le bonheur !

Soyons aujourd'hui les premiers à être vaccinés, comme de bons citoyens. Vaccinés par l'Amour de Dieu, par le sacrement du Corps et du Sang de Jésus. Que le sang de Jésus, le sang de ce petit bébé coule dans nos artères. Aujourd'hui est né le peuple ardent à faire le bien. Ainsi soit-il !

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+