Homélie du Père George - Dimanche 3 juillet 2022

Père GeorgeLe Seigneur veut que tu sois profondément heureux
et il veut que tu portes beaucoup de fruits,
que tu sois un ouvrier pour sa moisson.
Que feras-tu ?

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

« Réjouissez-vous…exultez…soyez plein d’allégresse ! »

 « Réjouissez-vous…exultez…soyez plein d’allégresse ! » [nous dit le prophète Isaïe dans la première lecture] parce que ça y est, c’est les vacances ! (pour les enfants, pas pour les parents) Fini l’école, fini les devoirs, tous à la plage, chez les grands-parents ou en camp scout. En ce début de vacances le Seigneur nous invite à la joie [et là je vois que pas mal d’entre vous avez l’air un peu tristounets…mais bon, c’est peut-être la fatigue], pas seulement parce que c’est l’été, qu’il fait beau – et pas trop chaud – mais surtout « réjouissez-vous parce que vos noms sont inscrits dans les cieux. » Oui, parce qu’après avoir été envoyés en missions, les disciples « revinrent tout joyeux » : « même les démons nous sont soumis en ton nom » …quelle expérience ! Oui, la joie de la réussite, du pouvoir, de l’estime des autres, mais Jésus cherche à leur transmettre une joie profonde, authentique et durable, la véritable joie chrétienne. 

Et cette joie authentique ne peut être dissocier d’un élément essentiel de notre vie chrétienne : l’envoi en mission. J’aimerais vous inviter aujourd’hui à retrouver ce feu des premières missions. Si tu es là aujourd’hui, dans cette église, c’est parce que tu fais partie de ces 72 disciples et que toi aussi tu es appelé à être un disciple missionnaire ! « Je suis venu apporter un feu sur la terre nous dit Jésus et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé ! » Ce désir de Dieu, ce feu ardent qui brûle son coeur et qui veut embraser le monde, c’est ça le Sacré-Coeur de Jésus ; c’est ça que Jésus veut de la paroisse du Sacré-Coeur de Bordeaux, une paroisse remplie d’apôtres qui ne peuvent pas s’empêcher de témoigner de ce feu de l’amour de Dieu qui les consume ! 

« La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. » Est-ce que toi tu fais partie de ces ouvriers ? Est-ce que tu as un feu dans ton coeur ? Est-ce que tu as le désir de partager autour de toi ce trésor de la foi que tu as reçu gratuitement le jour de ton baptême ? Jésus à besoin de toi tout comme il a eu besoin de ses disciples. Il veut t’envoyer pour sa moisson. Il t’envoie « comme des agneaux au milieu des loups », mais n’aies pas peur : « je vous ai donné le pouvoir d’écraser serpents et scorpions, et sur toute la puissance de l’Ennemi : absolument rien ne pourra vous nuire. » Penses-tu que le Seigneur va t’envoyer au combat sans tes armes ? Dieu a besoin de toi, il a choisi d’avoir besoin de toi. Il y a cette très belle prière que nous récitons avec les jeunes de l’ECYD : « Seigneur Jésus, je t’offre mes mains pour faire ton travail, je t’offre mes pieds pour suivre ton chemin, je t’offre mes yeux pour voir comme toi, je t’offre ma langue pour dire tes paroles », etc – Jésus veut que tu sois ses mains, ses pieds, son coeur. 

Et concrètement alors, au XXIème siècle, comment est-ce que je peux être un disciple missionnaire ? Ou en d’autres mots, comment est-ce que je peux être un véritable chrétien ? Chrétien, ça vient du mot Christ. T’es français parce que tu parles français, parce que tu as reçu un héritage, une culture, des traditions et des valeurs…même si de nos jours on pourrait se poser des questions, mais bon ça c’est pas un débat pour aujourd’hui ! Et chrétien alors, ça veut dire quoi ? Ça veut dire quoi…dans ta vie ? Y’a une différence entre toi et ton voisin athée, musulman ou juif ? Y’a une différence entre un camp scout et une colonie de vacances ? Ok vous avez un uniforme, un couteau et vous dormez sous la tente, mais est ce qu’il y a quelque chose de plus ? Dans ta relation avec les autres, ton langage, la charité, le pardon, l’humilité. Dans ta relation avec Dieu ? La prière, la messe, la confession. 

Être un saint, être un missionnaire, c’est pas faire des actions héroïques, des conversions, des miracles. Non. La sainteté, c’est dans les petites choses de tous les jours. C’est à ton tour de faire la vaisselle, fais-la, avec joie, avec entrain, avec amour. Tu vois que l’un de tes camarades à du mal à faire quelque chose, va l’aider, encourage-le. Pense à chaque instant : « que ferais Jésus à ma place ? » Est-ce que Jésus se serait plain ? Est-ce qu’il aurait parlé comme ça ? Est-ce qu’il aurait critiqué cette personne ? Est-ce qu’il lui aurait pardonné ? La sainteté c’est pas quelque chose de compliqué. C’est faire les choses ordinaires de façon extraordinaire ! 

Et c’est ça la source de la véritable joie chrétienne. La joie de donner, la joie de se donner ! Car « il y a plus de joie à donner qu’à recevoir ». Faites-en l’expérience ! Moi je le vis tous les jours : à chaque fois que je pense à moi-même, à ce que JE veux faire, comment JE veux en profiter, comment est-ce que JE vais me reposer, et bien je ne suis pas heureux, je suis tout renfermé sur-même et je vis de façon égoïste. Alors que quand je me donne, que je donne de mon temps, de mon énergie à Dieu, aux personnes qui m’entourent, je suis heureux, profondément heureux. Parce que c’est inscrit dans notre nature humaine, c’est inscrit dans notre coeur : nous avons été créés PAR et POUR l’amour. Dieu seul est la source de notre joie, c’est lui – comme on l’a chanté au début de la messe – « le secret de notre joie ». Et le 2ème couplet disait : « le Christ veut combler notre coeur, donner la vie en plénitude, lui seul pourra nous rassasier. » 

Est-ce que j’y crois ? Est-ce que je crois que Dieu seul peut me rendre heureux ? Ça ne sera pas facile, St Paul nous le rappelle dans la 2ème lecture : « je porte dans mon corps les marques des souffrances de Jésus ». Mais il faut passer par la croix pour entrer dans la gloire ; regardez autour de vous, Dieu l’a écrit partout dans la création : « si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. » 

Le Seigneur veut que tu sois profondément heureux et il veut que tu portes beaucoup de fruits, que tu sois un ouvrier pour sa moisson. Que feras-tu ? 

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+