Homélie du Père Rémi - dimanche 22 mars 2020 - dimanche de laetere

Père Rémi

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Il me parle dans le silence de mon cœur là où Lui seul à accès

En ce 4ème dimanche de carême, nous faisons habituellement le 2ème scrutin pour les catéchumènes qui seront baptisés lors de la veillée pascale. Ce rite correspond à un deuxième bienfait que nous apporte Jésus pour notre Salut : la lumière. Il est la lumière du monde, qui nous permet de dissiper les ténèbres du péché.

Le péché m’empêche de distinguer le bien du mal. A cause du péché originel, j’ai perdu cette capacité à juger si une action est bonne ou mauvaise. Je n’ai pas toujours une claire vision de ce que je dois penser ou faire.

Dans l’évangile la réaction des pharisiens en est un exemple. Jésus fait de la boue le jour du sabbat, il n’observe pas la loi de Moïse, donc il est pécheur.

 

De son côté, l’aveugle de naissance a été guéri de son infirmité. Le miracle est indéniable, personne ne peut guérir un aveugle de naissance, c’est donc Dieu qui a agi par Jésus.

 

Il y a deux réalités :

  • la loi : « Pendant six jours tu travailleras et tu feras tout ton ouvrage ; mais le septième jour est le jour du repos, sabbat en l’honneur du Seigneur ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni tes bêtes, ni l’immigré qui est dans ta ville (Ex20, 9-10)
  • le fait : un aveugle de naissance retrouve la vue.

Lequel des deux est le plus important : la loi ou le fait ?

Dans ce cas Jésus donne la réponse. Il dit dans d’autres passages de l’Evangile : « le Sabbat est pour l’homme et non l’homme pour le sabbat » et « le Fils de l’homme est maitres du Sabbat »

 

Aujourd’hui, je suis confiné pour protéger ma santé, et la santé du prochain, et même pour certains pour protéger leur vie. Qu’est-ce qui est le plus important ? La santé ou la liberté ?

Quelle réponse je donnais à cette question il y a 1 an, un mois, une semaine ? ... et aujourd’hui quelle réponse je donne ?

 

Ma réponse est donnée après un discernement, c’est à dire l’étude des plusieurs éléments : un certain nombre de lois et des circonstances. Les lois sont généralement fixes, elles changent peu ; les circonstances au contraire varient beaucoup.

Certainement je ne connais pas toutes les lois, ni toutes les circonstances. Dans certain cas je dois prendre le temps de discerner : quel travail choisir ? Me marier avec cet homme/cette femme ?

Dans d’autre cas je ne peux reporter ma décision. Il est impératif d’agir.

 

Dans ces choix, dans les jugements que je porte sur les réalités qui m’entourent, j’ai besoin de l’éclairage de la Parole de Dieu. J’ai besoin que Jésus fasse de la boue et qu’il l’applique sur les yeux de mon coeur, que je ferme les yeux et entre en moi-même pour être plus sensible à sa Parole. Il me parle dans le silence de mon coeur là où Lui seul à accès. Et il m’aide à me détacher de mon opinion, de mes habitudes, de mes faiblesses, de mes peurs.

 

En revenant aux catéchumènes pour lesquels je prie aujourd’hui, que Dieu lave leurs yeux et leur donne les grâces dont ils ont besoin pour avancer sur le chemin qui les conduit au baptême ; la lumière qui leur permette de choisir le bien et éviter le mal dans leur vie de futurs baptisés.

 

P Rémi Duc-Maugé

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+