Le 1/4 d'heure du Sacré-Coeur - Mercredi 4 novembre 2020

Lorem ipsum dolor sit amet

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Mercredi 4 novembre 2020

Chant

Garde-moi mon seigneur, j'ai fait de toi mon refuge : (14/4)

 R/Garde-moi mon Seigneur, j'ai fait de toi mon refuge,
j'ai dit au Seigneur : « Tu es mon Dieu,
je n'ai d'autre bonheur que toi,
Seigneur tu es toute ma joie »

1 - Je bénis le Seigneur qui s'est fait mon conseil
et qui même la nuit instruit mon cœur,
Je garde le Seigneur devant moi sans relâche,
près de lui je ne peux chanceler.

2 - Aussi mon cœur exulte et mon âme est en fête,
en confiance je peux reposer,
Tu m'ouvres le chemin de la vie éternelle,
avec toi, débordement de joie.

3 - Tu es le seul Seigneur, mon partage et ma vie,
la part qui me revient fait mon bonheur
Je reçois de tes mains le plus bel héritage,
car de toi Seigneur dépend mon sort.

 

Prière au Sacré Cœur 

Seigneur Jésus, Tu es notre Sauveur et notre Dieu !
Fais que notre regard ne se fixe jamais sur d’autre étoile que celle de l’Amour et de la Miséricorde qui brille sur ta poitrine.
Que ton Cœur soit donc, ô notre Dieu, le phare lumineux de la foi, l’ancre de notre espérance dans les épreuves, le secours toujours offert dans nos souffrances et dans notre faiblesse, l’aurore merveilleuse d’une paix inébranlable, le soleil qui éclaire nos horizons.
Jésus, nous nous confions sans réserve à ton Divin Cœur. Que ta grâce convertisse nos cœurs. Par ta miséricorde soutiens les familles, garde-les dans la fidélité de l’amour.
Que ton Évangile dicte nos lois. Que tous les peuples et les nations de la terre se réfugient en ton Cœur très aimant et jouissent de la Paix que Tu offres au monde par la Source pure, d’amour et de charité, de ton Cœur très miséricordieux. Amen. (Saint Jean Paul II)

 

Méditation du RC :

https://www.regnumchristi.fr/renoncer-tout-ce-que-lon-de-cher

Evangile selon saint Luc (Lc 14, 25-33)

En ce temps-là, de grandes foules faisaient route avec Jésus ; il se retourna et leur dit : « Si quelqu’un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut pas être mon disciple.

Celui qui ne porte pas sa croix pour marcher à ma suite ne peut pas être mon disciple. Quel est celui d’entre vous qui, voulant bâtir une tour, ne commence par s’asseoir pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi aller jusqu’au bout ? Car, si jamais il pose les fondations et n’est pas capable d’achever, tous ceux qui le verront vont se moquer de lui : “Voilà un homme qui a commencé à bâtir et n’a pas été capable d’achever !” Et quel est le roi qui, partant en guerre contre un autre roi, ne commence par s’asseoir pour voir s’il peut, avec dix mille hommes, affronter l’autre qui marche contre lui avec vingt mille ? S’il ne le peut pas, il envoie, pendant que l’autre est encore loin, une délégation pour demander les conditions de paix. Ainsi donc, celui d’entre vous qui ne renonce pas à tout ce qui lui appartient ne peut pas être mon disciple. »

Saint Charles Borromée (1538 +1584)

Fils cadet d'une noble famille italienne, il avait tout pour se laisser entraîner dans une vie facile et fastueuse. Neveu d'un pape, nommé cardinal à 22 ans, il est submergé de charges honorifiques très lucratives : son revenu annuel était de 52.000 écus. Il reçoit les revenus du diocèse de Milan, des abbayes de Mozzo, Folina, Nonatella, Colle et de quelques autres légations : Bologne, Spolète, Ravenne, etc ... Il reste laïc, grand amateur de chasse et de musique de chambre.

Mais la conscience de son devoir est telle qu'il s'impose dans la vie mondaine et brillante de Rome, par sa rigueur et son travail. Il collabore efficacement à la reprise du Concile de Trente, interrompu depuis huit ans. Au moment de la mort subite de son frère aîné, alors qu'il pourrait quitter l'Église pour la charge de chef d'une grande famille, il demande à devenir prêtre.

Désormais il accomplit par vocation ce qu'il réalisait par devoir. Devenu archevêque de Milan, il crée des séminaires pour la formation des prêtres. Il prend soin des pauvres alors qu'il vit lui-même pauvrement. Il soigne lui-même les pestiférés quand la peste ravage Milan en 1576. Il demande à tous les religieux de se convertir en infirmiers. Les années passent. Malgré le poids des années, il n'arrête pas de se donner jusqu'à l'épuisement.

"Pour éclairer, la chandelle doit se consumer, " dit-il à ceux qui lui prêchent le repos.

 

 

Prière du diocèse :

Élevons à Dieu cette prière pour le temps de l'épidémie de Covid-19

Dieu de Miséricorde, notre Père,
tu nous as aimés le premier.
Par la croix de Jésus ton Fils bien aimé, la vie a jailli au matin de Pâques,
et, tu fais de nous tes enfants, unis au Corps de Jésus Christ.
Nous te rendons grâce toujours et partout,
pour la résurrection qui s’accomplit jusqu’à la fin des temps.
Durement éprouvés sur le chemin de Pâques, nous crions vers toi.
Par ton Esprit Saint, sauve-nous, ô Père, des forces de la mort.
L’Église toute entière en appelle à toi :
comme tu l’as accompli maintes fois pour notre monde, fais taire cette épidémie Seigneur !
Permets qu’elle soit maîtrisée sans tarder !
Par l’intercession de Notre Dame d’Aquitaine et de Saint André,
l’Église de Bordeaux et de Gironde te supplie :
Parais Seigneur, que nous ne soyons pas terrassés par le mal !
Dispersés par le confinement nécessaire, privés de rassemblement et de messe dominicale,
dans l’incertitude des semaines qui viennent, nous te le demandons :
Renouvelle le lien de l’Esprit qui nous attache à toi et entre nous, le lien fraternel.
Dans l’Esprit Saint, nous te prions les uns pour les autres :
Rends-nous attentifs à notre prochain,
Permets-nous de veiller sur les malades, les isolés, les aînés et les enfants, les endeuillés, les plus fragiles…
Donne-nous d’être créatifs pour découvrir les soins, les gestes et les paroles qui apaisent.
Répands ton Esprit de force et de service sur ceux qui, jour et nuit, soignent malades et mourants.
Répands ton Esprit de sagesse sur nos gouvernants qui ont à prendre des décisions difficiles.
Répands ton Esprit de discernement sur ceux qui garantissent le fonctionnement efficace
de l’état et des services sociaux.
Accueille Seigneur dans ta paix ceux qui meurent aujourd’hui et console leur famille.
Par la grâce de l’Esprit Saint, nous te demandons, Père,
que l’Évangile soit annoncé en acte et
que l’humanité en soit illuminée de douce joie, d’espérance, de résurrection.
Que ta volonté soit faite !

Chant

Regarde l’étoile :

1 -Si le vent des tentations s’élève,
Si tu heurtes le rocher des épreuves.
Si les flots de l’ambition t’entraînent,
Si l’orage des passions se déchaîne :

 

Ref :Regarde l’étoile, invoque Marie,
Si tu la suis, tu ne crains rien !
Regarde l’étoile, invoque Marie,
Elle te conduit sur le chemin !

 

  1. Dans l’angoisse et les périls, le doute,
    Quand la nuit du désespoir te recouvre.
    Si devant la gravité de tes fautes
    La pensée du jugement te tourmente :

 

  1. Si ton âme est envahie de colère,
    Jalousie et trahison te submergent.
    Si ton coeur est englouti dans le gouffre,
    Emporté par les courants de tristesse :

 

  1. Elle se lève sur la mer, elle éclaire,
    Son éclat et ses rayons illuminent.
    Sa lumière resplendit sur la terre,
    Dans les cieux et jusqu’au fond des abîmes.

 

CODA
Si tu la suis, tu ne dévies pas,
Si tu la pries, tu ne faiblis pas.
Tu ne crains rien, elle est avec toi,
Et jusqu’au port, elle te guidera.

 

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+